Comment expliquer cette réalité au plus grand nombre?

Nous sommes la cause des Changements Climatiques, soyons la solution.
Merci de partager nos articles, ils sont écrits dans le seul but d'informer.


Visitez aussi ces excellents blogues
> Docuclimat, comprendre pour mieux agir!

> LE KAVE SE REBIFFE
> L'Énergie renouvelable, c'est la vie durable

Traduction/Translation

jeudi 7 mai 2015

El Niño 2015 Apparemment en voie de devenir un monstre redoutable

 Article original paru sur : https://robertscribbler.wordpress.com/2015/05/06/steaming-equatorial-pacific-sees-winds-blowing-toward-monster-el-nino/
Merci à Robert Scribbler auteur et propriétaire de ce blogue pour l’accord donné à la traduction et l'adaptation de cet excellent article et à l'utilisation de ses images.

Vu l'urgence, l'importance et la fraîcheur des données ainsi que la qualité de l'article à traduire, j'ai rapidement décidé de reporter mon article sur le méthane de 4 ou 5 jours. 
__________________________

     L'an dernier, certains climatologistes nous ont prévenu que cet El Niño pourrait devenir un monstre... Cela semble bien se confirmer.

Tout au long de la large ceinture de Pacifique Équatorial, les températures de surface maritime vont de chaudes à extraordinairement chaudes, Depuis le Nord et l'Est de la Nouvelle Guinée, des anomalies de +1°C jusqu'à la ligne où la date change et où l'on rencontre des anomalies dans la fourchette entre +2,6°C à +3,1°C au dessus de la normale. En poursuivant vers l'Est, ces anomalies diminuent progressivement pendant 8 000 Km entre +1,4°C et +1,7°C jusqu'à la côte Ouest de l’Amérique du Sud où elles atteignent des pointes de +3°C à +4°C au dessus de la moyenne.

 Du jamais vu qui fait dans l'incroyable! Voyez cette immense zone d'eau anormalement chaude sur presque tout le Pacifique. 

L’océan Pacifique montre de fortes anomalies de température sur la majorité des régions.
Merci à https://robertscribbler.wordpress.com/  pour son accord à utiliser
ses images, Source primaire : earth.nullschool.net
Des eaux anormalement chaudes sur l'ensemble du Pacifique allant du bord du cercle Arctique à celui de l'Antarctique et des rives de l'Asie aux côtes des Amériques. Un ensemble de records de températures élevées capable de causer la nausée chez tous ceux qui connaissent bien les conséquences d'un pareil événement. C'est à dire un océan montrant peu de zones avec des lectures inférieures à la norme et qui sont en déclin. Des océans qui montent en température subissant des pertes massives d'animaux de toutes sortes occasionnées par la chaleur accrue qui favorise la diminution de la saturation en oxygène et le développement de toxines produisant des microbes qui prospèrent allègrement dans ces eaux plus chaudes.

Ce Pacifique surchauffé a de quoi angoisser ; c'est un étrange océan, un auquel nous ne sommes pas habitués et qui est déjà dans les griffes d'un El Niño de force modérée. Un El Niño qui lorsque combiné avec la quantité immense de nos émissions de gaz à effet de serre qui réchauffent la Terre de plus en plus et qui a fait de 2014 l'année la plus chaude ainsi que les trois premiers mois de 2015 l'ont été. Nous sommes bel et bien entrés dans l'ère des changement climatiques abruptes. Préparons nous pour un El Niño en voie de devenir monstrueux...
"Onde de Kelvin" : une onde de gravité océanique (marée par exemple) de taille spécifique que "l'effet de Coriolis" (force qui fait tourner l'atmosphère ou l'eau dans le sens de rotation de la terre ; c'est le même effet qui fait tourner l'eau dans un sens quand on chasse une toilette, et en sens opposé de l'autre côté de l'équateur) dirige vers une côte.
Une puissante onde de Kelvin donc apporte de la chaleur à la surface équatorial après avoir été stimulé par de forts vents générés par une très forte Oscillation Madden-Julian (phénomène anormal de fortes précipitations le long de l'équateur à la grandeur de la planète). Un engin thermique rugissant qui draine encore plus d'énergie d'un second ensemble de vents dominants venant de l'Ouest cette semaine.

L'Oscillation Madden-Julian à l'oeuvre dans L’océan Pacifique le 6 mai 2015
Merci à https://robertscribbler.wordpress.com/  pour son accord à
utiliser ses textes et images, Source primaire : earth.nullschool.net
Ces forts vents d'Ouest vont probablement amplifier l'El Niño 2014-2015

Dans le résumé ci-haut du GFS (Global Forecasting Service) le Service de Prévisions Globales, nous voyons des vents soutenus de 50 km/h accompagnés de rafales dans une région le long et juste au Nord de l'Équateur près de la Nouvelle Guinée. Les vents sont associés à un cyclone qui se développe et deviendra typhon plus tard cette semaine selon ce qu'indique les modèles. Les vents d'Ouest de déplacent vers l'ouest le long de la Nouvelle Guinée vers les Philippines. Là, ils sont stimulés par un autre cyclone — la tempête tropicale Noul. Le résultat est qu'un ensemble de vifs vents d'Ouest remontent pendant des centaines de kilomètres contre les Alizés. Un genre d'événement qui a le potentiel de renforcer El Niño qui est déjà d'une remarquable intensité

Cette semaine encore, les modèles de prévision CFSv2 de la NOAA (Agence Américaine Nationale Océanographique et Atmosphérique) continuent d'indiquer un El Niño extrêmement puissant plus tard dans le courant de l'année. Les modèles, une fois  pondérés, montrent des pointes de +2,5°C au dessus de la normale pour Niño 3.4 Une région du Pacifique (que je n'ai pu situer mais qui doit être sur ou près de l'équateur). Des modèles non-pondérés eux montrent des pointes normalisées de +3,1°C. Ceci est un accroissement de ce qu'avaient révélé les prévisions CFSv2 d'il y a une semaine. Un autre ensemble qui montre une tendance continue pour une intensité supérieure d'El Niño.


Image courtoisie de https://robertscribbler.wordpress.com/ Source original NOAA
Traduite et adaptée par le présent traducteur.

Les prévisions modélisées par le NOAA montrent un potentiel pour un El Niño extrême débutant en Juin pour se poursuivre jusqu'en Janvier 2016...

Si un tel événement devait  se produire, ce serait bien pire que le Super El Niño de 1998. Cela pousserait les températures globales dans un bien pire régime. Cela réduirait aussi la capacité naturelle d'absorption du carbone et empirerait sécheresse et précipitations sur-abondantes dans des régions variées et déjà vulnérables du globe. On n'a qu'à penser à l'Australie, l'Angleterre, le Moyen-Orient, l'inde et le Nord-Est Américain pour ne nommer que celles-là.

 Avec les modèles qui continuent de montrer des valeurs de plus en plus élevées, et avec autant de chaleur, et donc d'énergie disponible pour nourrir El Niño, et les forts vent d'Ouest qui continuent de renforcer l'El Niño actuel, ceci est une situation qui exige une surveillance continuelle et précise.
__________________________
Liens externes en Anglais
Monster El Nino Emerging From the Depths
NOAA’s Climate Prediction Center
Earth Nullschool
March Shows Strongest Madden Julian Oscillation on Record
Starving Sea Lion Pups and Liquified Starfish