Comment expliquer cette réalité au plus grand nombre?

Nous sommes la cause des Changements Climatiques, soyons la solution.
Merci de partager nos articles, ils sont écrits dans le seul but d'informer.


Visitez aussi ces excellents blogues
> Docuclimat, comprendre pour mieux agir!

> LE KAVE SE REBIFFE
> L'Énergie renouvelable, c'est la vie durable

Traduction/Translation

vendredi 11 mars 2016

ALERTE : Le Seuil des Changements Climatiques Dangereux Est Dépassé


 La situation est extrêmement critique

Depuis un certain temps, le réchauffement s’accélère de plus en plus rapidement et ne montre aucun signe de ralentissement pour encore au moins les 4 à 6 prochains mois. On sait déjà que 2016 sera encore plus chaude que 2015, tous les indicateurs pointent dans cette direction.
Impressionnant! Mais en degrés F et selon la moyenne du 20e siècle et non celle de 1880-1900

     Les 3 mois les plus chaud
  • Décembre 2015 : 1,4°C au dessus de la moyenne de 1880-1900
  • Janvier 2016 : 1,47°C au dessus de la moyenne de 1880-1900
  • Février 2016 : nouveau mois le plus chaud 1,58°C au dessus de la moyenne 1880-1900). Si on regarde la hausse sur les continents seulement, la hausse moyenne est de 2,3°C
En gros, 1880-1900 c'est la moyenne de ces années utilisée par le GIEC. La COP21 a établie la cible de 1,5°C en se basant sur cette moyenne comme étant la limite qu'il ne faudrait pas dépasser pour éviter des changements climatiques dangereux. Les pays pauvres et les scientifiques inquiets qui se sont battus pour faire passer la limite de 2°C à 1,5°C ont éprouvé un soulagement très temporaire, on l'imagine...

ERRATUM : Février 2016 a été 1,58°C plus chaud par rapport à 1880 et non 1.67°C.



Merci à Johan Lorck https://global-climat.com de la permission donnée pour l'utilisation de ses graphiques, et aussi pour avoir normalisé celui-ci à la moyenne 1880-1900 afin de garder la cible de 1,5°C bien en vue.

Il faut rappeler qu'il ne s'agit que d'un seul mois et qu'on devra attendre janvier 2017 pour voir la moyenne annuelle, mais il est presque certain que 2016 sera encore plus chaude que 2015; tous les indicateurs pointent dans cette direction.

Aussi, il semble que les satellites auraient une tendance à montrer des températures légèrement plus élevées pendant un El Niño, mais j'attends que ce soit confirmé ou infirmé par la NASA ou la NOAA ou la WMO, mais c'est une possibilité qu'on doit garder à l'esprit pour le moment.

L'étude du climat dans le passé de la Terre nous apprend bien des chose, notamment qu'une de hausse de 5°C ou plus est déjà survenue en moins de 10 ans. 

Finalement, les température sur les continents sont passablement plus élevées que la moyenne globale qui inclut les océans. On parle donc d'une température d'environ 1,92°C supérieure à la moyenne de 1880 sur  les continents comme l'Amérique du nord, mais c'est bien plus en Arctique, jusqu"à 9°C en certaines régions ; et l'Antarctique est au moins 3°C au dessus de la ligne de base de 1880-1900.

Peut-être que le rythme de réchauffement diminuera en 2017? Mais c'est impossible qu'on revienne en arrière et que la température diminue (à moins d'un gros volcan ou que l'ONU aie subitement décidé de se lancer dans la Gestion du Rayonnement Solaire. Il faut souhaiter que l'accélération du réchauffement ralentisse, sinon, nous atteindrons les 2°C de réchauffement global moyen vers 2020, si ce n'est pas avant, ce qui pourrait fort bien être le début, disons officiel, d'un long et dépérissant avenir...
_________________________ 

On vous dira que le réchauffement actuel est causé par El Niño et c'est partiellement vrai. Mais El Niño est un monstre, un mutant, amplifié par le réchauffement climatique à cause de nos émissions de gaz à effet de serre.

Ci dessous, El Niño.En date du 10 mars 2016. El Niño, c'est principalement la longue bande jaune sur l'équateur.
Le cercle vert montre que la température y est par endroits jusqu'à 3°C supérieure à la normale, on peut dire que c'est beaucoup, mais cela a diminué quelque peu.


Source http://earth.nullschool.net
Mais, voyez aussi l'étendue des zones d'eau (jaune et orange) à la température au dessus des normales. 93,4% de la chaleur s'accumule dans les océans et celle-ci se transfère ensuite à l'atmosphère notamment avec les tempêtes et El Niño. Les courants d'eau surchauffés font aussi fondre des glaciers du Groenland et de l'Antarctique par en dessous comme expliqué dans cet article antérieur qui parle de la hausse du niveau des océans
_________________________

    Comment comprendre ce qui se passe?

Évidemment, la hausse du niveau des gaz à effet de serre est la cause du réchauffement comme expliqué dans cet article antérieur. Mais ce graphique a de quoi faire sursauter et nous montre la cause première du problème. Ça fait 40 millions d'années (pas sur ce graphique) qu'il n'y a pas eu autant de CO2 dans l'atmosphère de la Terre, et à cette époque, vous n'auriez reconnu aucun continent et très peu d'animaux, possiblement à l'exception des requins.

2015 est une année de croissance record (3,09 ppm) de nos émissions de CO2 depuis qu'on les observe en 1959, et ce malgré toutes les alarmes lancées par les scientifiques et personnes engagées depuis les années 1990...
Graphique mis à jour pour données 2016 à 400 ppm de CO2. Source en Anglais : Skeptical science
À voir le graphique ci-haut, et sachant qu'il y a beaucoup d'inertie dans le système climatique, qu'on peut comparer à un immense train, nous savons que le réchauffement va continuer de s'accélérer à moyen terme ; le moteur des changements climatiques est extrêmement puissant et c'est l'effet de serre.
L'effet de serre équivaut en chaleur à 4 bombes atomique comme celle Hiroshima à la seconde, soit  345 600 par jour!
Souvenons nous que ça prend une dizaine d'années avant que le CO2 relâché dans l'atmosphère n’atteigne son plein potentiel de réchauffement.) le réchauffement actuel provient donc de ce qu'il y avait de CO2 dans l'atmosphère avant 2006! Pouvez-vous imaginer ce qu'il en sera en 2026? Les émissions de tous les gaz à effet de serre augmentent année après année.

Graphique montrant nos émissions de CO2 et la hausse des émissions prévue pour les quatre prochaines années.
Source : Arctic-news
 _________________________

     Et le méthane ?

Il n'y a pas que le CO2, le méthane est un très puissant gaz à effet de serre et nous en émettons beaucoup. Sa concentration moyenne observée à l'Observatoire de Mauna Loa enregistre sa rapide croissance.

L'action d'effet de serre du méthane est instantané et puissant : 135 fois plus puissant que le CO2 au cours de ses 10 premières années dans l'atmosphère et encore 32 fois plus puissant que le CO2 après 100 ans. Les émissions croissantes de méthane ont certainement joué un rôle, et peut-être davantage en Arctique. Il y a fait vraiment chaud cet hiver et du méthane s'échappant du pergélisol et du fond marin aurait pu contribuer à y faire monter la température.

Une forte poussée de méthane a été observée depuis 2007 et on a fait quelques études pour l'expliquer. Une recherche avec le mot Methane sur Climate Central nous apporte ces résultats
Notez que les scientifiques sont presque toujours conservateurs et prudents ; ils sont généralement fait ainsi.

Je traduis quelques lignes provenant de certaines études qu'on y trouve
  • 21 sept 2015... L'EPA (Environmental Protection Agency aux USA) semble sous-estimé grandement la quantité de déchets enfouis et donc les émissions de méthane des sites d'enfouissements. 1 200 sites enfouissement on été visité et mesuré pour cette étude : lien en Anglais
  • 15 avril 2014... Une étude suggère que le forage  pour le gaz naturel (qui est principalement du méthane) émettrait jusqu'à 1 000 fois plus de méthane qu'on le croyait. L'étude dit aussi qu'on croyait que les émissions de méthane venant du forage (#fracking) étaient tellement faibles qu'on n'en tenait pas compte.
    [ NDT: c'est pour cela que le GIEC vantait les mérites du gaz naturel en tant qu'énergie de transition entre pétrole, charbon et les énergies renouvelables.] Lien en Anglais
  • 16 février 2016... Il y a eu une importante pointe dans les émissions globales de méthane, et les États-Unis sont très probablement un coupable important. Lien en Anglais
En fait, si on regarde ce graphique, on voit une cause : le fracking (fracturation hydraulique) en Oklahoma ou les émissions de méthane ont bondi.
Les valeurs montrent l'état de l’Oklahoma, les USA continentales et du Pacifique nord entre  176-128° Ouest et  25-43°Nord. Les enregistrements de l'Observatoire de Mauna Loa pour 2010-2014 sont aussi indiquées.
Cette poussée de méthane a contribué au réchauffement accéléré des derniers temps, ça représente une augmentation importante et imprévue de ce puissant gaz à effet de serre.
_________________________

     Une rétroaction du système climatique serait-elle en cause?

C'est fortement probable et la première qui vient en tête (il y en a apparemment 61 d’identifiées à ce jour) est la plus importante de ces rétroactions et c'est la disparition de la glace sur l'océan Arctique ; sa couverture est à un minimum record pour cette date, et de loin. Et ça fait des années que la couverture de glace se réduit en superficie et en volume, presque tout ce qui restait de vielle glace, la plus épaisse, est disparue l'été dernier...

Tout au long du dernier hiver, l'Arctique a connue des températures très chaudes que El Niño à lui seul ne peut expliquer.

Je vais collecter des informations au cours de la semaine et mon prochain article parlera de ce qui s'y est passé cet hiver et ce qu'on doit en attendre...

Ce qui se passe en Arctique ne reste pas dans l'Arctique
Merci de partager, c'est essentiel que l'information se propage..