Comment expliquer cette réalité au plus grand nombre?

Nous sommes la cause des Changements Climatiques, soyons la solution.
Merci de partager nos articles, ils sont écrits dans le seul but d'informer.


Visitez aussi ces excellents blogues
> Docuclimat, comprendre pour mieux agir!

> LE KAVE SE REBIFFE
> L'Énergie renouvelable, c'est la vie durable

Traduction/Translation

jeudi 25 février 2016

L'impossible Tâche ? Décarboniser Notre Atmosphère

     Il le faudra bien, mais comment?

De un, plusieurs scientifiques et ingénieurs croient que cela est impossible, mais informons-nous quand même. Il faut tenir compte de l’énergie du désespoir.

Il y a deux façons dont j'ai entendu parler. La première est un procédé mécano-chimique de capture du CO2 (dans l'atmosphère) et de conversion. Des informations et images sont tirées de cette vidéo en Anglais

Source : Carbon Talks

Cette installation pilote est actuellement développée à Squamish en Colombie Britannique et on y teste quelques recettes pour les filtres de capture de CO2.

Une des options plus simple consiste à utiliser de la chaux vive comme sur cette image. Le produit sortant serait du carbonate de calcium.


Une autre consiste à fabriquer ces sortes de cages de nanomatériaux. Ceux-ci sont des armatures métallo-organiques faites d'atomes de zinc, d'oxygène, d'azote et d'hydrogène dans lesquelles les molécules de CO2 viendraient se piéger. Pour l'instant, on étudie comment les produire en quantité suffisante pour être déployées.



Ces installations captureraient le carbone dans l'atmosphère (actuellement à un niveau de 405ppm que la Terre n'a pas connu depuis des millions d'années) pour le concentrer et le rendre presque pur.

L'idée originale consistait d'abord à enfouir ce carbone, après l'avoir presque liquéfié (pressurisé et refroidit), profondément sous terre et le long des côtes. Mais voilà, l'Europe est très peu favorable à ce type d'enfouissement et voudrait que cela soit fait à l'intérieur du continent, là où le sol est plus stable, mais moins poreux et plus difficile d'accès. Il faut pouvoir s'imaginer la catastrophe si d'importantes quantités de gaz compressé s'échappait abruptement du sol en se dilatant très rapidement. En un mot, BOUM! et retour à la case zéro.

Et c'est pour cela qu'on parle maintenant de tenter de convertir tout ce CO2 en quelque chose d'utile et forcément rentable. Une compagnie (certainement pharmaceutique) dit avoir une façon pour le convertir en comprimés d’Oméga 3 ; enfin, en convertir une petite partie car ce n'est pas le CO2 qui manque.

Une autre entreprise parle de la convertir en une sorte de ciment ; on aura certainement besoin de bâtisse et d'infrastructures ultra-résistantes avec le mauvais temps à venir...


Il faut savoir que pour convertir un matériau, il faut y ajouter passablement d'énergie. Cette transformation est donc coûteuse et polluante et il n'est pas encore certain que le jeu en vaille la chandelle. On voudrait se servir d'hydrogène pour réduire la pollution, mais pour fabriquer de l'hydrogène, il faut la séparer de l'eau, un processus très énergivore qui rend ce combustible hors de prix pour de tels projets. Pour ce qui est d'utilisé du solaire ou de l'éolien, cette énergie n'est pas assez concentrée pour être viable ; ça prendrait des installations immense. Il faut savoir qu'on a besoin d'au moins 30 000 de ces installations de capture énergivores si on veut suffire à la tâche ; je me répété, il y a beaucoup (trop) de CO2.

_______________________________

     Jetons un oeil à une autre proposition de capture et séquestration de CO2  venant du GIEC

Il s'agirait de planter des arbres, possiblement du bambou car celui pousse très rapidement. Le principe de base est de récolter ce bambou, ou autre végétal, de l'amener par camions ou trains à des usines de production d'électricité et de l'y brûler.

À la sortie des cheminées, les émissions de CO2 seraient capturées et presque liquéfiées pour être enfouies encore une fois profondément dans le sol. Une partie du bambou peut être convertie en fibres pour faire des vêtements ; j'en possède.

Mais quelle superficie de culture est nécessaire? Selon les calculs du Dr. Kevin Anderson de l'Institut Tyndall sur la recherche climatique (John Tyndall sur Wikipedia) il faut prévoir une superficie de culture égale à l'Inde! Une bonne idée doit être planifiée pour être applicable, il ne suffit pas de pelleter des nuages.
Je vous l'ai dit il me semble... il y a beaucoup (trop) de CO2!


_______________________________

    
     Euh... au grand total ça nous en fait combien de CO2?

D'abord un élément de comparaison dont il faut prendre conscience ; si la Terre était réduite à la taille d'un pomme, l'atmosphère ne serait pas plus épaisse que la pelure. Pensez-y avant de polluer :-) 
Il y en a si peu...
 
La bille verte = tout le volume d'eau de la Terre.
La bille rose = tout le volume de notre atmosphère!


 

Commençons par savoir combien il faudrait en capturer, convertir et/ou enfouir annuellement. Les experts disent que pour vraiment faire une différence, qu'il faudrait, en plus de cesser d'en émettre (sinon c'est comme pomper un lac pendant la mousson), 35 milliards de tonnes métrique annuellement.

Mais on ne fait rien à cette échelle, c'est beau si on mine 5 milliards de tonnes de fer annuellement, c'est beau si on produit 5,5 milliards de tonnes de bouffe (agriculture + pêche + élevage). Ça vous donne une idée de l'immensité de la tâche? Comment financer cette entreprise ; c'est littéralement la bourse ou la Vie.

Il faudrait au total en retirer au total plus de 2 000 milliards de tonnes métriques pour s'approcher, mais sans l'atteindre, le niveau pré-industriel de 280 ppm de CO2 afin de restaurer l'équilibre entre chaleur entrante et chaleur sortante de notre planète. Bref, ne plus forcer la Terre à accumuler autant de chaleur sous l'effet des gaz à effet de serre que nous produisons.

Pour mon 5e article sur ce blogue : Les Prévisions Survivables du GIEC sont basées sur de la Science Fiction il y a cette vidéo dont j'ai refait les sous-titres en Français. À vous de cliquer.


Il faut se souvenir qu'il y a beaucoup d'inertie dans le système climatique (à l'image d'un immense navire qui nécessite des kilomètres pour ralentir) et si on laisse jouer toutes les rétroactions amplificatrices à 400ppm de CO2... les spécialistes de ce type d'étude prévoient un réchauffement total global moyen de 6°C, et ça, c'est cataclysmique. En fait, rendu à 6°C de réchauffement global moyen ; il sera 2,5°C degrés trop tard car à 3,5°C de réchauffement global moyen, la végétation mourra (toujours selon une étude scientifique), n'absorbera plus de CO2 et en émettra à la place ; cela a commencé en certaines régions de la Californie de l'Amazonie et de l'Afrique de l'Ouest...
_______________________________

     Une nouvelle que vous ignorez fort probablement

Nous sommes en phase d'extinction massive, vous le saviez? En fait, l'extinction massive est déjà amorcée car depuis les années 1970, on perd entre 100 et 200 espèces (plantes, animales, insectes) à chaque jour. On ne les reverra plus jamais sur Terre. Il faut savoir que 99,9% des espèces se sont éteintes. Nous, nous précipitons les choses.


Comparé au réchauffement de la température, responsable de quelques extinctions massives, la hausse du niveau des océans n'est qu'un inconvénient mineur. Je comprends mal, les gens semblent moins préoccupés par l'extinction massive que l'écroulement de l'économie, qui s'écroulera de toute façon avant l'extinction massive, il ne faut pas se leurrer.
_______________________________

     Le mot de la fin mais ce ne sera pas mon dernier mot

Une taxe sur la carbone? Personne n'aime le mot taxe. Mais avant de faire péter votre petit baril de poudre émotive, la Colombie Britannique et la Californie ont toutes deux imposé une taxe carbone, et surprise, les gens en sont, en général satisfaits. Ça donne des leviers pour développer une économie moins énergivore en combustibles fossiles, ce qui amène des économies.

Et puis, si vous êtes tellement contre les taxes, pourquoi ne pas faire des pressions pour que nos gouvernements cessent de donner des subventions à cette industrie qui tue la vie? Les nôtres, celles de nos enfants et celles à venir sans oublier toutes les autres formes de vie dont nous dépendons. Pouvez-vous par exemple imaginer un monde sans abeilles? Les gouvernements de ce monde subventionnent l'industrie des combustibles fossiles à hauteur de 10 millions de $ US à la minute article source en Anglais, qui je me répète, tu la Vie. Qu'y a-t-il de plus précieux que la Vie?
Il faut que cessent ces subventions!!! pour ne pas dire magouilles!


Nous sommes tous dans la même galère planétaire ; moi je rame mais ça prendrait du monde à tribord pour ramer, s'tie qu'on tourne en rond!

Vous aimez votre vie? Laissez la chance à d'autres d'en faire autant mais certainement avec beaucoup moins ; il faut s'y faire, se contenter de ce qui est vraiment essentiel et de ce qui compte vraiment, proches et amis et nature.
Et essayez de ramer un peu svp.