Comment expliquer cette réalité au plus grand nombre?

Nous sommes la cause des Changements Climatiques, soyons la solution.
Merci de partager nos articles, ils sont écrits dans le seul but d'informer.

Translate/Traduire

samedi 18 juillet 2020

Les incroyables feux dans le cercle Arctique -- Emballement climatique?


Au cours des mois de juin 2019 et 2020, il y a eu plus de feux dans le cercle Arctique que le total de tous les mois de juin des 16 années précédentes.
Vidéo source en Anglais : Climate Change Scorching the Arctic (le réchauffement climatique embrase l'Arctique)
L'Arctique se réchauffe environ trois fois plus rapidement (source en Anglais) que la moyenne globale. Il n'est plus ce qu'il était il y a à peine 40 ans.
Anomalie de températures (°C) des mois de juin 2019 et 2020  comparé à la moyenne des juin de 1950 à 1980.
Source https://data.giss.nasa.gov/gistemp/maps/
Le Canada et l'Europe sont déjà à 2°C de réchauffement, comme bien d'autres régions...
Canada 2,3°C
Europe 2°C
C'est exceptionnel la rapidité du réchauffement que l'on observe dans l'Arctique, c'est en ligne avec les pires prévisions basées sur nos émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et qui sont déterminés par notre consommation...
 «Quand le pire des scénarios est la routine habituelle»
RCP8.5 (en rouge) trajectoire courante de nos émissions de gaz à effet de serre
Quand vous voyez/entendez «émissions de carbone», ça veut dire CO2, CH4 (pas de suie sans feu)
Vague de chaleur sibérienne
Un autre nouveau record de chaleur, il a fait 38°C en Sibérie

La Presse : La canicule en Sibérie «presque impossible» sans le changement climatique --

La probabilité d'une telle vague de chaleur est de 1 sur 80 000.
Étude en Anglais, voire Table 4: Results of statistical analysis of Siberian region observations.

C'est donc virtuellement impossible sans prendre en compte le réchauffement global de cause humaine (anthropique), comme on ne peut pas gagner à la loto sans acheter de billet.
Nous avons acheté des milliers de gigatonnes de billets pour cette loto là.
La ligne d'arbres
«À cause du réchauffement climatique, il y a de plus en plus de végétation en Arctique»

On entend souvent dire que la ligne d'arbres progresse vers le nord. C'est vrai, mais pas partout. C'est un processus qui nous semble lent, mais qui est incroyablement rapide à l'échelle des temps géologique.

Le faible ensoleillement, la basse température et des sols pas très favorables expliquent cette apparente lenteur.
Les arbres y poussent très lentement. Celui qu'examine Boelman a environ 15 ans.
Photo via Kevin Krajick. Source en Anglais

Le sol dans le cercle Arctique
Oui, c'est du pergélisol (de plusieurs types)

Il est en voie de dégeler (non, ce n'est pas de la fonte) en émettant de plus en plus de gaz à effet de serre et amplifiant ainsi notre urgent problème de réchauffement global (qui induit les changements climatiques).

Mais parlons de ce qui y brûle, la végétation.
La toundra et la taïga sont principalement des zones de végétation.

La toundra est une tourbière (sol à très forte teneur en matière organique) qui se compacte à force de geler et dégeler en surface depuis quelques millions d'années (cycles glaciaires et saisons). Le réchauffement permet à plus de végétation (herbes, arbustes etc.) d'y pousser, mais les vagues de chaleur extrême les assèche rapidement.
La fumée blanche s’élève de la toundra en feu devant les montagnes Baird en Alaska en 2013. Photo : Western Arctic National Parklands. Source en Anglais
«Ce qui se passe en Arctique ne reste pas dans l'Arctique»
Une image satellite capture la fumée des feux de forêt de l’Alaska et du Canada qui descendent dans le Lower 48.Photo : NOAA

Il y a des arbres dans la taïga et comme dans la forêt Boréale, on y retrouve principalement des conifères capables de résister au gel (ils ne poussent qu'un à trois mois par an, selon leur latitude, espèce, sol et climat/météo).

Les feux
Le réchauffement climatique augmente aussi la probabilité de feux.

La végétation tend à s'assécher et s'enflamme plus facilement.
Et les feux accélèrent le réchauffement. C'est un feedback, un accélérateur qui auto-accélère...

Les orages croissants déclenchent les feux
Hausse des feux causés par la foudre dans l’Arctique alors que la région se réchauffe. 

Source en Anglais : Scientific American Lightning-Caused Fires Rise in Arctic as the Region Warms

«±80 % des incendies sur cette région sont causés par la foudre.»

Il y a environ 15 à 20 ans, je me souviens avoir vu lors d'un reportage, une entrevue de deux chasseurs Inuits qui avaient été témoins de leur premier orage estival, avec éclairs et tout. Ils savaient ce que c'était parce qu'ils avaient vu ça à la télé, mais pas plus... (mettez-vous à leur place dix secondes)

Dans cet article en Anglais, on y parle d'un rare orage sur la toundra survenue le 17 juin 2014. L'article continu...
... En 2007, un coup de foudre a déclenché un incendie de forêt, surnommé l’incendie de la rivière Anaktuvuk. L’incendie a duré des semaines, brûlant environ 400 miles carrés de toundra. L’incendie a rejeté environ deux millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Cette valeur dépasse la quantité de CO2 absorbée par la toundra arctique au cours des 25 dernières années.

Les feux zombies?
Un autre phénomène de plus en plus fréquent

C'est simplement un feu qui a continué de brûler dans le sol au cours de l'hiver et qui redémarre dès les premiers jours de printemps. Les hivers y sont de plus en plus courts, moins froid et les printemps hâtifs sont aussi plus chauds.
Et dans certaines régions, les précipitations ont tendance à diminuer.

La végétation morte qui recouvre le sol peut être très épaisse, plus de deux mètres en certains endroits, c'est ce qui permet à ces feux de couver très tout l'hiver.

Source en Anglais : The Rise of Zombie Fires (La montée des feux de zombies)

Et la forêt Boréale?
n'est elle aussi plus un puits (réserve, accumulateur) de carbone

Elle aussi devient émettrice de gaz à effet de serre à cause de l'ampleur des feux (et des vagues de chaleur) qui la dévastent. C'est à l'image  de ce qui se passe dans les forêts tropicales mentionnées dans ce ce long précédent article.

«La forêt boréale Canadienne devient source de gaz à effet de serre»

Source La Presse : «La forêt boréale Canadienne devient source de gaz à effet de serre»

Note : l'article ne mentionne pas que les arbres mourant de chaleur ou d'infestation d'insectes émettent aussi du CO2... Que les feux sont de plus en plus chaud, jusqu'au point de parfois stériliser le sol jusqu'au socle rocheux.


Et on s'en doutait bien...
Radio Canada : Le pergélisol est maintenant un émetteur de carbone

En terminant...
Répartition des stocks mondiaux de carbone organique dans les principales régions terrestres.

Brun = sol
Vert = végétation

La figure montre clairement que le sol capte plus de deux fois le carbone organique capturé par la végétation, à l’exception de la forêt tropicale, où un peu plus de carbone organique est contenu dans la végétation. Une grande partie des stocks de carbone organique de la forêt boréale et du pergélisol sont contenus dans les tourbières.
Source en Anglais https://esdac.jrc.ec.europa.eu/content/soil-atlas-northern-circumpolar-region

 Ce que dit l'Atlas Climatique du Canada : Les incendies de forêt et le changement climatique

Extrait : Quand il considère ce qui attend le Canada, Flannigan dit simplement « qu’il y aura beaucoup plus d’incendies dans l’avenir et nous ferions mieux de nous y habituer ». De plus en plus de Canadiens vivent, travaillent et jouent dans les forêts canadiennes. Cela signifie que davantage de personnes risquent d’être touchées par des incendies de plus en plus importants - même catastrophiques. « Est-ce que #FortMcMurray était un cas isolé ? » Flannigan dit en méditant « les cieux, non »

___________________



En conclusion
les puits de carbone qu'étaient les sols et les forêts sont en voie de devenir des émetteurs de carbone (CO2, CH4 et suie) de plus en plus importants.


La suie (carbone noir) émise par ces incendies contribue au réchauffement, pollue, et accélère la fonte des surfaces gelées lorsqu'elle s'y dépose.
 
Dans ces conditions, le climat ne peut que se réchauffer à un rythme de plus en plus rapide avec les conséquences terribles que l'on peut facilement imaginer et qui commencent à peine à nous frapper... à moins qu'on prenne des mesures plutôt drastiques immédiatement = consommer moins et davantage supporter les actions et les groupes qui participent à la lutte.
 
La semaine dernière, j'ai lu et entendu quelques prévisions. Ça se résume à ceci : à 4°C de réchauffement global moyen :
on estime qu'au maximum, 1 milliard d'humains pourraient vivre, ou survivre, dans des conditions extrêmement difficiles (famines, conflits, météo souvent intenable, migration massive et effondrement de la biosphère (si ça ne se produit pas avant).
Sans l'ombre d'un doute, nous avons grand besoin de courage
Aimez la Vie, elle a grand besoin de force


___________________


Merci de partager sur les autres réseaux sociaux.
C'est écrit pour informer et
il faut en parler

dimanche 21 juin 2020

Réchauffement Global : le carbone noir (suie) en 2e position

Il y a de nombreuses choses dans l'air qu'on respire, du plastique quand on marche le long des plages ; dans les villes et villages, c'est de la suie, des particules de pneus sans oublier les gaz irritant comme l'ozone et l’oxyde nitreux, plus tout le reste...
Le diesel du transport routier

Le carbone noir fait partie des nombreux aérosols qui sont soit des gouttelettes. soit des particules solides (à lire « la pollution de l’air est désormais le principal risque environnemental pour la santé dans le monde »).

Leurs effets sont sur le climat et la météo sont variés, c'est un sujet fort complexe qui n'est pas à l'abri des folles rumeurs lui aussi. Je vais m'en tenir au carbone noir et son impact sur le climat.

Le carbone noir, c'est tout bonnement de la suie provenant de la combustion incomplète des combustibles fossiles et de biomasse (végétation). Ce sont des particules fines de taille égales ou supérieures 2,5 µm (micromètres ou microns) aux formes complexes et multiples. C'est aussi un polluant nocif qui est la principale cause de maladies respiratoires chez tous les animaux, nous inclus.
De le suie sous toutes ses formes

Ci-dessous : Image montrant les particules de PM ≤ 2.5 µm (micromètres) dont le carbone noir fait partie.
Comparatif au 12 juin. L'effet du Coronavirus sur l'activité humaine?
Source : Earth NullSchool
(Cliquer sur le mot "Earth" pour le Menu et sur "À propos" pour l'aide)


Nous savons désormais que le carbone noir est en deuxième position pour sa contribution au réchauffement climatique, et surtout, de combien.
Et oui, l'aviation aussi...

Le forçage radiatif

Sans autre intervention, la Terre maintiendrait un équilibre entre chaleur reçue (via le rayonnement du soleil) et la chaleur retournée à l'espace (sous forme de radiations infrarouges). Le "forçage" est la différence par rapport à ce point d'équilibre et peut donc être positif (accroître) la température, ou le contraire, comme le font les volcans explosifs tel le Pinatubo de 1991.

Certain gaz (tous ceux dont les molécules ont 3 atomes ou plus) interceptent la radiation infrarouge et la rediffusent dans la (mince) troposphère et vers le sol. Ça explique notamment pourquoi les températures nocturnes augmentent plus rapidement que les températures diurnes. Article et données sur Science et Vie.

La différence, c'est que le carbone noir accumule aussi de la chaleur au soleil, il est "noir" et non pas transparent à la lumière visible. Il agit comme un vêtement noir en plein soleil.

Les sources de carbone noir :
  • 42 % Combustion de la biomasse à ciel ouvert (combustion de la forêt et de la savane) «On coupe et on brûle», comme en Amazonie, en Indonésie et ailleurs pour faire place à l'élevage ou à la culture de l'huile de palme. De plus les incendies de broussaille et de forêts sont en augmentation à cause du réchauffement.
  • 18 % Biocarburants résidentiels brûlés avec des technologies traditionnelles (poêles au bois, foyers)
  • 14 % Moteurs diesel pour le transport
  • 10 % Moteurs diesel à usage industriel
  • 10 % Procédés industriels et production d’électricité, habituellement à partir de petites chaudières
  • 6 % Charbon résidentiel brûlé avec des technologies traditionnelles
Le potentiel de réchauffement

Source en Anglais : Black Carbon and Warming: It’s Worse than We Thought
(Le carbone noir et le réchauffement : c'est pire que ce qu'on pensait)

Il y a des années qu'on sait que le carbone noir participe au réchauffement. Ce qu'on sait maintenant, c'est de combien! Ses formes complexes en rendaient les analyses difficiles, ça explique pourquoi ça été aussi long.

Actuellement, le forçage radiatif (ce qui réchauffe) du CO2 s'établit à 1,56 watts par mètre carré et celui du carbone noir à 1,1 watts par mètre carré, ce qui a étonné les chercheurs (et moi-même)... La superficie de la Terre est d'environ 510 065 700 000 000 mètres carrés et on parle évidemment d'une moyenne sur 24 heures, comme pour tous ces calculs.

Une partie du CO2 demeure dans l'atmosphère pendant des milliers d'années. Le carbone noir lui, tombe rapidement à la surface, en quelques semaines tout au plus.
Ouaip! Les navires aussi...

Le carbone noir sur glace, ou neige

On en retrouve partout. Évidemment, ce noir accélère la fonte de façon significative. On en retrouve même sur les glaces de l'Antarctique, mais en moindre quantité car l’hémisphère Sud est beaucoup moins habité, car trop d'eau et pas assez de terre.

De la suie sur  glace. Imaginez l'état de nos poumons...

J’imagine sans peine que cette suie recouvre les feuilles des arbres, les coraux, qu'il en tombe une grande quantité dans l'océan avec des effets méconnus.

À la base, le problème du carbone noir serait relativement facile à résoudre. Il suffirait s'accroître l'efficacité de la combustion de nos machines et réduire la déforestation sauvage. Cela aurait un effet rapide sur le réchauffement et serait un bienfait presque instantané pour tout ce qui vit.

Mais, les profits doivent toujours augmenter, alors, on fait de la déréglementation à la demande pressante, et pesante, des lobbies. Et ce n'est pas qu'aux États Unis, c'est aussi au Canada, en Australie, au Royaume-Uni et chez vous aussi.

Je me répète : «Les profits sont la plus mortelle des dépendances
C'est ça une «externalité économique».

Chaque jour, environ 15 000 litres d'air transitent par nos voies respiratoires et nos poumons, soit plus de 5,4 millions de litres d'air respiré chaque année ou bien encore 17 cl par seconde. Source : Le Planétoscope

Pas étonnant que nous soyons tellement affectés par les maladies respiratoires et cancers.

*****

Note : merci de partager sur tous les réseaux sociaux. J'ai perdu les contacts qui repartageaient les articles du Climatoblogue depuis que G+ a fermé et que mes deux collaborateurs, et amis, sont décédés...
  
C'est écrit dans le seul but d'informer...

samedi 13 juin 2020

Réchauffement climatique : Les causes de la «cause humaine» ➖ Une psychanalyse s'impose

Oui, c'est bien une crise le climat (et l'environnement). Demandez à ceux ou celles qui ont appris qu'ils avaient un cancer...

Nos habitudes de surconsommation donnent l'équivalent d’un cancer à la Biosphère. Le réchauffement climatique n'est qu'un des symptômes, il y a aussi l'acidification des océans, la pollution de l'air, de l'eau et des sols, la surexploitation des ressources, pêcheries, déforestation, étalement urbain, etc

En économie, la destruction de l’environnement est une «externalité», ça permet d’augmenter (de beaucoup) les profits, et ça entraîne le plus vicieux des cercles vicieux... Plus de profits = plus de destruction.

Les causes principales

«Notre désir à toujours vouloir plus, à être meilleur ou le paraître» (que le marketing stimule avidement).

1- Addiction C'est simple à comprendre le mécanisme de la dépendance (mécanisme de la récompense) : quand on fait quelque chose qui nous plaît, notre cerveau nous récompense principalement avec de la dopamine (et autres neurotransmetteurs bienfaisants). Alors, on tend à recommencer, encore et encore, et on nous fait croire que consommer va nous apaiser.

L'humain est un animal qui a une forte propension à la dépendance : celle au confort, à sa culture, à sa raison... et les artificielles comme le sucre, la cigarette, la caféine, les drogues.

On devient souvent accroc de son boulot (dépendance au travail), de son smartphone (65% de ses utilisateurs le sont), de l'exercice, du jeu, la dépendance affective, etc.

Rééduquez notre cerveau pour sortir de la crise écologique | Sébastien BOHLER



2-  Les mécanismes de protection (qui entraînent la résistance aux changements)
L'ignorance volontaire : quand on en sait assez qu’on sait ne pas vouloir en savoir plus. (Tête dans le sable).

Intellectualisation : quand on comprend et admet les faits. Oui, l'humanité est la cause, et oui l'utilisation des combustibles fossiles, le réchauffement et tous les impacts, j'admets ces faits.
Quand on réagit ainsi, on conserve ça dans notre base de connaissances mais ça ne touche pas vraiment nos émotions. On évite de confronter, d'assimiler. Ça demeure impersonnel.

Dissociation : c'est un mécanisme très commun. C'est se réfugier dans son monde imaginaire, c'est la fuite dans une dépendance ou un comportement compulsif quelconque. C'est aussi la recherche d’anesthésie... perdu dans quelques verres ou devant la télé.

3- Imiter les autres (mimétisme)
Consommation : le « désir mimétique », ruine ou sauveur du monde ?
 Article captivant en Français 

Faire comme les autres est un des comportements les plus sécurisants qui soit. Se conformer à la norme, s'identifier à notre groupe social (tribalisme) nous assure les bienfaits de la dopamine.
« Et si derrière ces fondements de la croissance se cachaient tout simplement les besoins et les désirs ? Le marketing classique est né avec un impératif : satisfaire les besoins des clients. Jean‑Bapstiste Say, dans son « Traité d’économie politique », écrivait déjà en 1803 : « Les besoins des consommateurs déterminent en tous pays les créations des producteurs ». Jusqu’au XXe siècle, les ressources limitées de la planète pouvaient (ou auraient pu) combler les besoins limités des humains. »
* * * * *

Au fond, tout ça est motivé par la peur, l'anxiété (sources de stress). Ce ne sont que façons différentes qu'elle a de s'exprimer. C'est sur notre crainte d'être une personne de rang inférieur que table le marketing, notre identité.

La peur joue un rôle de premier plan dans l'Évolution et la survie des animaux.

C'est ce qui permet de réagir aux dangers par un de ces mécanismes :
la fuite : (peu importe le genre)
la soumission : souvent dans des rapports d'autorité ou de nombre
le combat : l'action, la protestation, les sacrifices personnels...
comme l'a enseigné Henri Laborit dans ses livres.

Un bref mot sur le déni pur et dur :  c'est d'abord initié par les corporations, pour ne pas nuire à leurs profits (souvenez-vous de la campagne de déni des cigarettiers par exemple).
Merci à #CHESTER pour la caricature :)
Aussi, lorsqu'ils répètent ces inepties, ça permet à ces gens de croire qu'ils sont plus intelligents que tous ces scientifiques, et aussi de s'afficher en tant que membre d'une tribu. La politique, c'est tribal (demandez à Platon).
On aime bien nos egos quand ils sont bien gros.

* * * * *

Mais les dangers qui ne sont pas immédiats sont habituellement ignorés. Pourtant, c'est dans ces cas que notre intelligence devrait servir...


  * * * * *

Plus on est riche, moins on a de compassion

Source an Anglais : Scientific American -How Wealth Reduces Compassion 

Traduction d'un paragraphe : Qui est le plus susceptible de mentir, de tricher et de voler — le pauvre ou le riche? Il est ordinaire de croire que plus vous êtes riche, plus vous êtes susceptible d’agir équitablement. Après tout, si vous avez déjà assez pour vous-même, il est plus facile de penser à ce que les autres peuvent avoir besoin. Mais la recherche suggère que le contraire est vrai : alors que les gens gravissent l’échelle sociale, leurs sentiments de compassion envers les autres déclinent.

On me demande souvent :
«Y a-t-il de l'espoir?»
L'espoir n'est qu'à la mesure de notre courage,
pas de courage...
* * * * *

Merci de partager, c'est écrit pour informer


jeudi 11 juin 2020

Retour à la Normale ou à l'Anormale?

Pendant que tout le monde parle de retour à «la normale»...

La normale ou l'anormale?

Qu'est-ce qui est «normal»?

Vivre sur une planète recouverte d'océans à 71%
qu'on a orgueilleusement nommé Terre?
et qui tourne autour à 31 km/seconde
autour d'un astre en fusion
lui-même tournant à 200 km/seconde autour du centre d'une galaxie
contenant elle-même au moins 100 milliards d’autres étoiles?

Et tout ces milliards d'autres galaxies...
les fabuleuses nébuleuses
les trous noirs plus noir que noir
les amas et les superamas
le nôtre, Laniakea
Laniakea « paradis incommensurable » ou « horizon céleste immense »
Wikipedia
Jusqu'à preuve du contraire
Planète Terre est la seule où il y a de la vie
si abondante, si complexe et si variée
totalement interreliée
où l'espèce qui se croit intelligente
détruit l'environnement à force de consommer
bien des inutilités

Qu'y a-t-il de plus important que la Vie?
Certainement pas les profits
ni la politique-raillerie

5 kilomètres...
Vers le haut, et vous ne vivrez plus
sauf dans une coquille
5 kilomètres vers le bas
même résultat
Une bien mince marge
pour des égos aussi larges

J'entends qu'on parle de retour à l'anormal
parce que ce n'est pas normal de brûler, polluer, tuer
et même exterminer
en prenant son café matinal
sans comprendre de quoi on parle
sur quel monde on est, ce qu'on fait et les conséquences...

Être en vie est le plus grand, et bref, des bénéfices,
pour tout ce qui vit...
 Vous ne savez pas que faire? Commencez par participer la moins possible à cette destruction effrénée. S'informer et en parler. Bref, agir intelligemment et son minimum de libre-arbitre.

#Surconsommation : trois exemples
4 raisons pour lesquelles il y a trop d'iPhones pour l'environnement | Ecologie


Aviation : vols par jour


Article antérieur : Vous Prenez l'Avion? Et si Vous Aviez un Supplément de Bagage à Votre retour?

Le terme économique le plus important : «Externalité»

Ça se résume exactement à ceci

... ou ceci

Ça s'accélère... 2°, c'est pour trop bientôt 

Au programme à partir de ±2032 (2°C) : accroissement des famines, des migrations massives, sécheresses, vagues de chaleur cuisantes, inondations pires et plus fréquentes, conflits, épisodes de barbarie, autres pandémies, ouragans et typhons de catégorie 6, extinction d'écosystèmes complets, suivi d'un lent et pénible écroulement de la civilisation à partir de ±2050 (3°C)...
si on ne se bat pas dès aujourd'hui

Prenez le temps de bien écouter ceci

Jancovici : Le Covid et après ? - CJD - 28/05/2020


Merci de partager, c'est écrit pour informer
et pour tenter de sauver notre si fragile vaisseau spatial.

dimanche 7 juin 2020

Des températures élevées déclenchent à nouveau une fonte majeure au Groenland

Les records de chaleur sont de plus en plus fréquents dans l'Arctique, qui se réchauffe (au moins) 2 fois plus vite que la moyenne globale.

RÉSUMÉ : Anglais

SOURCE : Scientific American
Dans cette vue aérienne, l'eau se fonte forme un lac sur de la glace flottante coincée dans le fjord de glace d’Ilulissat pendant un temps exceptionnellement chaud le 30 juillet 2019 près d’Ilulissat, au Groenland.
Crédit : Sean Gallup Getty Image

Traduction du résumé

Extrait : «Un important événement de fonte se déroule au Groenland cette semaine.»

Avec des températures près de 20 degrés Fahrenheit plus élevées que d’habitude dans certaines régions, la partie sud de la calotte glaciaire fond à son plus haut taux cette saison.

Selon les prévisions, la fonte du dôme sud du Groenland, l’une des plus hautes altitudes de la calotte glaciaire, pourrait être la plus forte depuis 1950.

La fonte hâtive ce printemps, la faible accumulation de neige dans certaines régions et le potentiel de forts systèmes météorologiques à haute pression plus tard cet été ont tous donné lieu à des signaux d’alarme. Les scientifiques prêtent une attention particulière après la perte record de glace de l’été dernier, un événement que les scientifiques s’attendent à voir se produire plus fréquemment alors que l’Arctique continue de se réchauffer.

Les scientifiques définissent généralement le début de la saison de fonte comme la première période de trois jours au cours de laquelle on observe la fonte sur au moins 5 % de la calotte glaciaire. Cette année, cette période a commencé le 13 mai, soit près de deux semaines plus tôt en moyenne au cours des dernières décennies. La fonte a coïncidé avec une vague de chaleur dans une grande partie de l’Arctique. La Sibérie et le centre de l’Arctique ont été certaines des régions les plus durement touchées. Mais les températures ont également monté en flèche dans certaines parties du Groenland, après un début de mois autrement froid.

Au même moment, la neige a commencé à disparaître rapidement le long des marges de la calotte glaciaire, exposant la roche et la glace nues. Le manque de neige est un facteur qui augmente la possibilité d’une année de fonte supérieure à la moyenne, selon Jason Box, un expert en glace de la Commission géologique du Danemark et du Groenland.

NDT : «Il est probable (de 50%~70%) que d’autres vagues de chaleur soient en route. Ce type d'événement augmente rapidement en durée et en intensité.»

Selon Judah Cohen, directeur des prévisions saisonnières de la firme d’analyse Atmospheric and Environmental Research (Recherche Atmosphérique et Environnementale), les prévisions du modèle suggèrent de systèmes de haute pression sur le Groenland cet été. Les systèmes à haute pression sont souvent associés au réchauffement de la calotte glaciaire.

Graphique montrant la fonte du Groenland. La ligne bleue va au 5 Juin 2020.

Source : https://nsidc.org/greenland-today/greenland-surface-melt-extent-interactive-chart/
La banquise (glace de mer) Arctique fond rapidement, toujours à cause des températures élevées de l'atmosphère et de l'océan Arctique.
Source : https://nsidc.org/arcticseaicenews/charctic-interactive-sea-ice-graph/
«Ce qui se produit en Arctique ne reste pas dans l’Arctique»
Ça affecte tout : la météo, la salinité et le niveau des océans, des insectes aux oiseaux aux mammifères marins, la pêcherie, la couche d'ozone, dégel du pergélisol et ses multiples impacts...

À lire : Bilan de température globale pour mai 2020 (mise à jour)

Note 1°F =0,56°C (il faut convertir 33°F en °C pour voir)


Merci de partager, c'est écrit pour informer.

jeudi 9 avril 2020

Les Pétrolières Savaient #RéchauffementGlobal #ChangementsClimatiques #CO2


Je suis très désolé de ne pouvoir écrire comme je le voudrais. Mais je continue de m'informer presque quotidiennement sur ce sujet toujours urgent.
___________________________

C'est un des nombreux sujets dont je voulais vous parler depuis longtemps.
Heureusement, cette vidéo est sortie ce matin.

Un immense et cordial merci à l'auteur de la vidéo.


Merci de visionner et partager

samedi 2 février 2019

«La Bombe Méthane» n'est pas une bombe, mais...

À mi-chemin entre légende et réalité. selon la perception qu'on en a, la « bombe méthane» est un truc qui en empêche plusieurs de dormir. Pourtant...

C'est loin de ressembler à ce que plusieurs, dont moi-même il y a à peine 5 ans, imaginaient. J'ai déjà parlé sur ce blogue de cette «bombe méthane».

À noter : le taux de méthane (CH4) est indiqué en parties par milliards et non pas en parties par millions comme l'est le CO2.
Poids pour poids, il est 80 fois plus puissant que le CO2 sur moins de 20 ans.
Si vous lisez ou entendez (environ) 25 fois, c'est le potentiel de réchauffement d'une seule molécule de méthane comparé à une de CO2.
Le méthane se dégrade plus ou moins rapidement en CO2 après 10 ans passés dans l'atmosphère.

Mais le taux de méthane atmosphérique grimpe vite depuis que l'élevage de bovinés se doit largement accrue ; puis vint le fracking.

Contrairement au CO2 qui nécessite une décennie pour atteindre son plein potentiel de réchauffement global (PRG), l'effet du méthane est instantanée, question du mode vibratoire de la molécule et de la fréquence infra-rouge qu'elle réfracte.

Ce serait quoi au juste cette bombe méthane?

Premièrement, on parle d'hydrates de méthane du pergélisol des fonds marins de l'océan Arctique. Ces hydrates sont des cages de glace contenant des molécules de méthane qui se dilatent, souvent de façon explosive, lorsque la pression diminue ou lorsque la température ambiante augmente. De l'activité sismique ou tectonique peut aussi faire relâcher du méthane ou du CO2.

Il n'y a aucune indication démontrant que le taux d'émission de méthane des fonds marins de l'Arctique soit en augmentation (contrairement au pergélisol terrestre, mais on verra ça dans un autre article). On doit s'empresser de dire qu'il y a très peu de données au cours du dernier siècle sur ces émissions naturelles de méthane, mais en général,  les géologues semblent convaincus que la situation est encore stable...

Le scénario-catastrophe

Des gens imaginent que du méthane pourrait s'échapper très rapidement des fonds marins en quantité suffisante (des milliards de gigatonnes) pour causer un très rapide réchauffement global moyen de plusieurs degrés C et ainsi engendrer notre extinction massive (parfois dans les 10 ans ou moins) par un réchauffement climatique de plusieurs degrés C en quelques mois ou 2 ou 3 années, selon les propositions les plus catastrophiques et aussi, les plus improbables (ou invraisemblables, c'est au choix).

C'était l'hypothèse...

Que dit le passé?

Que des hydrates de méthane des fonds marins de l'Arctique ont été relâchés en assez grande quantité à la fin de la dernière période glaciaire il y a environ 12 000 ans. De ces zones, il s'échappe du méthane à de faibles taux depuis cette époque, ce qui est tout à fait "normal".
Une nouvelle étude dans Science montre que des centaines de cratères, d'une taille de l'ordre du kilomètre sur le fond de l'océan Arctique ont été formés par d'importantes expulsions de méthane il y a environ 12 000 ans.
Crédit: Andreia Plaza Faverola/CAGE

Ce phénomène, en plus des marais qui se répandent, se répète à chaque fois que la Terre est sortie d'une période glaciaire au cours des derniers 800 000 ans. C'est ce qui fait osciller le taux de méthane au cours de l’histoire.
  ppM = parties par Milliard pour le CH4 (méthane), en rouge
ppm = parties par million pour le CO2 (dioxyde de carbone), en bleu

D'ailleurs, du méthane, ou parfois du CO2, s'échappe le long des côtes de tous les continents et ailleurs, comme aux Bermudes et en Nouvelle-Zélande.

Si le méthane vous inquiète, aux USA, sa plus grande source d'émission provient de l'exploration pétrolière et des réseaux de gaz naturel (qui est du méthane à plus de 95%). La montée de la concentration du méthane dans l'atmosphère coïncide avec le boum du #fracking (fracturation hydraulique) depuis environ 2005.
Source : American Geological Union (Traduction Fr Google)

Les principales sources de méthane aux USA :

Quand le méthane devient une fixation...

Mais à cause du réchauffement climatique, le pergélisol (permafrost) terrestre de l'Arctique dégèle et fond en relâchant méthane et CO2. Des sites observés en Alaska y montrent que c'est mille fois plus de CO2 qui s'en échappe disait un chercher dans une vidéo que j'ai vue il y a quelques mois.

S'il n'y a pas de «bombe méthane», nous jouons quand même avec le feu. 

Le pergélisol terrestre a commencé à dégeler et fondre en certains endroits du cercle Arctique et relâche de plus en plus de méthane (et de CO2), mais c'est encore moins de 10% du pergélisol qui fond et pour le moment, c'est surtout près de la surface, jusqu'à une vingtaine de mètres. Le pergélisol peut atteindre les 1 000 mètres d'épaisseur.
Si nous continuons sur la trajectoire actuelle de nos émissions de gaz à effet de serre, nul doute que de grandes quantités de méthane des fonds marins va éventuellement venir compliquer gravement la situation dans un futur pas si lointain. Le temps presse.
Il y a vraiment beaucoup de pergélisol, comme le montre cette carte. Évidemment. Il y en a aussi sous la calotte Antarctique...

La bombe méthane n'est pas un motif pour abdiquer et attendre la mort, c'est un appel à combattre le réchauffement climatique.

Les profits sont la plus mortelle des dépendances

Si on y pense un brin, le souhait le plus profond de l'industrie des combustibles fossiles est que nous continuions de consommer ses produits. C'est pour cette raison qu'ils nient qu'il y ait ce réchauffement climatique et que que nos émissions de gaz à effet de serre en sont la cause. Ils inventent dans leurs Think-Tank toutes sortes de faux prétextes pour expliquer le réchauffement climatique alors que toutes ces autres hypothèses ont été démontrées fausses.

L'incertitude et la peur paralysent généralement l'action. 

Nous sommes faits ainsi et ils le savent. J'ai étudié la marketing et le comportement humain, j'ai appris.
Face à un stress, nous n'avons que trois choix possibles :
fuir
se soumettre
ou combattre.
Et face au réchauffement climatique, on ne peut que fuir psychologiquement, nous sommes tous dans le même vaisseau.
Source principale en Anglais (Traduction Fr Google)

_______________________________

Merci de partager (sur les autres réseaux sociaux aussi). Google + ferme le 2 avril 2019, je crois bien m'établir sur Framasphere, y voici mon profil.

Merci
Cordialement vôtre
_____Jack