Comment expliquer cette réalité au plus grand nombre?

Nous sommes la cause des Changements Climatiques, soyons la solution.
Merci de partager nos articles, ils sont écrits dans le seul but d'informer.


Visitez aussi ces excellents blogues
> Docuclimat, comprendre pour mieux agir!

> LE KAVE SE REBIFFE
> L'Énergie renouvelable, c'est la vie durable

Traduction/Translation

samedi 29 octobre 2016

L'étendue de la Glace Sur l'Arctique Atteint un Niveau Minimum Record Pour Octobre

Article source par Arctic-news. Merci à Sam Carana pour son accord à traduire l'article et pour l'utilisation de ses graphiques.
Traduction par Michel-Pierre COLIN. Merci.
____________________


Depuis un certain temps, l'étendue de la banquise Arctique atteint encore son record minimum en cette période de l'année. L'image ci-dessous montre l'étendue de la banquise Arctique le 26 octobre 2016, quand sa surface est seulement de 6.801 millions de Km2.
La raison de l'étendue minimale de la banquise est la croissance des hautes températures de l'océan Arctique. Le 27 octobre 2016, l'océan Arctique a atteint 14,8°C ou 58,6°F (cercle vert près du Spitzberg ou Svalbard), 12,1°C ou 21,7°F plus chaud que la période 1981-2011, comme le montre la carte ci-dessous.

Au fur et à mesure que se rétracte la banquise, moins de rayons solaires se voient réfléchi vers l'espace, tandis que plus d'eau libre et des températures plus hautes de la surface de l'océan fait aussi que les tempêtes et cyclones deviennent plus puissants. De plus puissants cyclones font aussi monter de plus grandes quantités de vapeur d'eau des océans Pacifique et Atlantique vers l'Arctique.
Moins de banquise arctique et un océan Arctique plus chaud fait que plus de chaleur et de vapeur d'eau sont transférés de l'océan Arctique vers l'atmosphère. Les deux images ci-dessus montrent les prévisions de température pour les 1er et 2 novembre 2016. Dans les deux cas, les températures au-dessus de tout l'Arctique sont prévues d'être de 6,40°C au-dessus de la période 1979-2000.

Comme le montre ces images, les anomalies de température en beaucoup d'endroits sont au sommet de l'échelle de températures soit 20°C ou 36°F. Des températures en hausse au-dessus de l'Arctique contribuent en plus à l'augmentation de la quantité de vapeur d'eau dans l'air au-dessus de l'Arctique au taux de 7% de vapeur d'eau en plus pour chaque degré Celsius de réchauffement. Puisque la vapeur d'eau est un puissant gaz à effet de serre, elle contribue davantage à l'accélération du réchauffement dans l'Arctique.

L'image ci-dessous provenant de Climate Reanalyzer montre la hausse (fulgurante) des températures en Arctique
Dans la vidéo qui suit, le dr. Walt Meier du "NASA Goddard Space Flight Center" décrit comment l'Arctique a perdu sa glace la plus épaisse et la plus vieille au fil des années (1991 à septembre 2016).
 


Un autre danger fait que, comme l'océan Arctique devient plus chaud, plus de méthane fera éruption à partir des hydrates déstabilisés au fond de l'océan Arctique. Comme un mauvais présage, des niveaux élevés de méthane au-dessus de l'Arctique sont visibles dans l'image ci-dessus, montrant des niveaux de méthane aussi élevés que 2424 ppM le 24 octobre 2016.
Note : le méthane est évalué en partie par Milliard ppM

Pourquoi nous préoccupons nous autant du méthane? Article antérieur : Le Méthane - L'arme fatale des Changements Climatiques?

La situation est terrible et appelle une action complète et efficace, comme décrite dans le Plan climat (en Anglais). 

mercredi 19 octobre 2016

Le Deuxième Super-Typhon de la Semaine, Haima, Fonce droit sur les Philippines


Un monstre presque aussi puissant que le tristement célèbre super-typhon Haiyan fonce droit sur les Philippines. Pauvre eux! Ils n'ont presque rien à voir dans les causes du réchauffement climatique et ce sont eux qui paient le gros de la note. Il faut avoir vu, peu après Haiyan, le représentant des Philippines, avec la voix tremblante et les yeux larmoyants en parlant de son pays en ruine, typhon après typhon, s'adresser à  l'ONU pour implorer les plus puissants de ce monde à faire la lutte aux changements climatiques.
Je me demande ce que ferait les États-Unis si c'était, disons la Floride, qui serait frappée aussi souvent par des ouragans.
Depuis quelques années, et sans aucun doute à cause du réchauffement climatique, Les Philippines et d'autres pays de l'Asie orientale font face à des typhons de plus en plus imposants.

Dimanche dernier, les Philippines (île de Luzon) ont subi le typhon Sarika de catégorie 4, et Haima (catégorie 5) fonce déjà droit sur eux.

 On a vu Taïwan, la Chine, le Japon et la Corée du sud être secoué par de violents cyclones tropicaux. Souvent, ils n'ont même pas le temps de récupérer avant qu'un autre ne les frappe ; se relever d'un tel désastre n'est pas une sinécure et les factures sont imposantes ; il y a tant à réparer.
Six jours après le passage de Haiyan, un cercueil de fabrication artisanale attend sur le bord la route.
Plusieurs autres photos ici
Le 14 janvier 2014, les chiffres officiels des victimes de Haiyan sont portés à 6 202 morts, 28 626 blessés et 1 785 disparus. Plus tard, le nom "Haiyan" est retiré de la liste rotative des noms attribués aux typhons pour honorer les victimes.

     Les données de Haima en date du 18 octobre 2016


Des vents soutenus de 260 km/h avec des rafales à 305 km/h. La dépression centrale, l'oeil, affiche une pression barométrique de 900 hPa. 

En comparaison, Haiyan affichait des vents soutenus de 305 km/h et son oeil avait une pression barométrique de 895 hPa. Mais Haima n'a peut-être pas fini de se renforcer, les eaux de surface sont encore anormalement chaudes alors qu'il se dirige vers les Philippines.


     La composante "Réchauffement Climatique"

On l'a vu dans d'autres articles, l'excès de chaleur s’enfouit principalement dans nos océans : si toute la chaleur qui s'est enfoui dans les océans à cause du réchauffement climatique se retrouvait dans l'atmosphère, il ferait 36°C plus chaud pour nous.

Carte des anomalies de température de surface océanique, les températures sont encore environ de 1°C au-dessus de la normale dans cette région.
Carte des anomalies des températures de surface océanique avec la position de Haima marquée en vert.
Normalement, quand un cyclone tropical (typhon ou ouragan) passe, cela diminue la température de surface de l'eau et assèche aussi l'air. Donc, comment se fait-il que les Philippines vont devoir subir la terreur et la destruction une 2e fois en moins d'une semaine?

Les surfaces des océans sont trop chaudes et cette couche d'eau trop chaude est aussi de plus en plus épaisse. Le typhon Sarika, qui est passé sur l’île de Luzon aux Philippines dimanche dernier, bien que puissant (catégorie 4), n'a pas pu refroidir suffisamment la température des océans ni réduire de façon significative la quantité de vapeur d'eau contenue dans l'atmosphère malgré les 20 centimètres de pluie qu'il a déversée sur son passage.
Haima s'intensifie sur des eaux anormalement chaudes alors qu'il se dirige vers les Philippines. Image source: NOAA
Le problème : les océans sont vraiment trop chauds et le taux de vapeur d'eau dans l'atmosphère (qui provient des océans surchauffés) est vraiment trop élevée (et fait elle aussi monter la température). 

     Anomalies!
Sarika à gauche, et à droite, Haima. Image source : NASA
Deux typhons très puissants qui se suivent de si près est définitivement une anomalie. On a commencé à voir ça plus souvent  depuis quelques années seulement.

Risque accru de typhons (cyclones tropicaux) intenses pour l'Asie orientale : étude scientifique en Anglais

     Une autre anomalie, l'ouragan Nicole. 

Supposée se désorganiser en quelques jours sans toucher terre, Nicole n'en a fait qu'à sa tête. Une semaine après cette prévision, l'ouragan Nicole s'était renforcée à la catégorie 3 pour  ensuite aller malmener les Bermudes

Elle a dû y trouver beaucoup  de rhum, car elle s'est ensuite dirigée vers le Nord, mais en jetant un coup d'oeil menaçant vers la Floride. Nicole va aller finir ses jours au Groenland. On a eu la chance de voir des météorologues très étonnés car personne n'aurait pu prévoir cela.



Remerciements à Robert Scribbler pour son excellent article au sujet de Haima et à Category 6™ pour leurs infos sur tous les ouragans ci-haut mentionnés.
Merci de partager cet article S.V.P. afin d'informer plus de gens.

vendredi 14 octobre 2016

La Terre a Dépassé le Max d'Absortion Carbone – Sans que Personne ne le Remarque

Pour l'instant, je crois sérieusement que c'est la pire nouvelle climatique du siècle! On dirait bien que c'est le début de l'emballement climatique : de plus en plus chaud et de plus en plus chaotique.

J'ai publié cet article le 5 mai dernier : Que se Passe-t-il Avec le CO2? 

...j'ai la réponse aujourd'hui. 

Ceux qui se demandent si nous avons dépassé un point de non-retour dans le réchauffement climatique, c'en est définitivement un.

Nous nous sommes aperçus depuis quelque temps que le taux de CO2 augmentait plus vite que nos seules émissions (dans le contexte habituel) ; nous savons, avec une assez grande précision, ce que nous avons émis, juste à voir ce qui a été vendu sur les marchés boursiers. On se doutait que la cause était que la Terre (océans inclus) qui débutait son indigestion de CO2, mais il fallait en être sûr, scientifiquement sûr. On a évidemment blâmé El Nino, mais, ce n'était pas de sa faute, c'est de la nôtre. 

Ayez une pensée pour nos gouvernements corrompus.

Récemment, on s'est fait passer une pub qui disait que la Terre n'avait jamais été aussi verte et que c'était à cause du CO2. Publicité très certainement commandée et payée par l'industrie des combustibles fossiles. Qui d'autre? En réalité, la Terre se meurt à cause du CO2, elle en fait une indigestion sévère, fort possiblement mortelle...

Mais c'est quoi le "maximum d’absorption carbone"? (Peak Carbon)

     Un petit retour dans l'histoire

Lors de la préparation de 4e rapport du GIEC, publié en 2007, les scientifiques ont fait des simulations pour savoir combien de carbone la Terre pourrait encore absorber avant d'en rejeter (exactement comme une indigestion). Ils avaient prévu que cela se produirait vers 2070...

Remontons le temps un peu plus... 

Dans les années 1960-1970 le taux auquel la capacité de la nature à absorber du carbone avait augmenté, car effectivement, le CO2 aide à la croissance du règne végétal. S'ils ont basé leur simulation sur les données sur une moyenne qui inclut les belles années, les années 1960 à 1980, il est normal que la simulation aie un fort biais positif, ils ont surestimé la capacité de la planète à absorber du CO2.

Observez le graphique ci-dessous. Le niveau de CO2 monte et redescend à chaque année. Quand l'été commence, le taux de CO2 diminue car la végétation se remet à en capturer du carbone et en enfoui aussi une partie dans sol. L'automne, les feuilles ne capturent plus de CO2 et par surcroît, en émettent en se décomposant.
Ce rythme est le reflet de ce qui se passe dans l’hémisphère Nord, car l'hémisphère Sud est principalement composé d'océans.
C'est en analysant de près ces données que le Professeur James Curran (réviseur scientifique du 4e rapport du GIEC "AR4"), a découvert que la Terre absorbe de moins en moins de CO2 depuis 2006.

Le CO2 est aussi un gaz à effet de serre et pas seulement quelque chose qui aide les plantes à pousser ; il réchauffe dangereusement notre planète.
"Seulement une seule étude approuvée par des pairs (c'est la norme en science, sinon n'importe qui pourrait dire n'importe quoi sans preuve ou démonstration) sur 581 attribue le réchauffement climatique à autre chose que nos émissions de CO2." (Selon une étude évidemment révisée par des pairs.)
L'appétit de la planète pour le carbone décroît, les océans sont déjà très acides (30% plus acides) et selon les biologistes marins et océanographes, les océans ne peuvent presque capturer de CO2 . Avez-vous déjà fait de l'acidité dans votre estomac? Les océans s'en portent très mal, le phytoplancton (essentiel pour fabriquer l'oxygène planétaire) et les coraux se meurent, eux aussi...

Voyez à quel rythme a progressé la concentration de CO2 dans l'atmosphère. Ça va se mettre à grimper de plus en plus rapidement avec l'indigestion de CO2 que nous fait la planète.
Remarque que la courbe 1950-2010 est exponentielle et non pas linéaire.
Les plantes et les arbres ont atteint le "peak carbon" il y a 10 ans : article en Anglais. Autre source qui a servi à cet article, l'entrevue sur : Radio Ecoshock

La différence de ce que les plantes et les arbres n’absorbent plus ou rejettent du CO2 est l'équivalent des émissions de la Chine, soit environ 25% du total mondial. Mais avant de blâmer les Chinois, leur consommation par habitant est beaucoup moins élevée que la nôtre. Aussi, si la Chine pollue, c'est en grande partie pour fabriquer nos biens de consommation.

Voyons les émissions en tonnes métriques par habitant de quelques pays.

     Par quels mécanismes le CO2 augmente-t-il plus rapidement que nos émissions?

Les températures qui augmentent rapidement et auquel les plantes ne peuvent s'adapter assez rapidement (après tout, les arbres ne peuvent pas se sortir les racines du sol pour migrer vers le Nord). Ça doit perturber leur croissance qui n'est plus assez rapide ou autant en santé comme avant. Gardez en tête que c'est une moyenne pour toutes les espèces végétales sur toute la surface de l'hémisphère Nord (ça fait beaucoup moins de CO2 de stocké par les plantes).

Des sécheresses et canicules en nombre croissant dans certaines parties du monde (les États-Unis ont connu des sécheresses prolongées (qui se prolongent encore dans certaines régions), le  Moyen-Orient aussi ainsi que l'Amazone par exemple) peuvent endommager sévèrement la végétation naturelle et les récoltes dans leurs capacités à se développer et à capturer du CO2.

Les vents puissants qu'on prédit peuvent causer de sérieux dommages aux forêts et amplifier d'autres impacts négatifs.

Les feux de forêts à grande échelle comme on en voit aux États-Unis, en Russie, en Indonésie, en Alaska et au Canada détruisent le couvert végétal et brûlent même le sol qui contient de grandes réserves de carbone qui se retrouve lui aussi dans l'atmosphère avec celui des arbres. Ces feux transforment ces grands capteurs de CO2 en monstres émetteur de CO2 et autres polluant (CO et SO2 entre autres)

La sécheresse peut aussi transformer les tourbières en émetteurs de carbone, les tourbières craquellent, se fissurent perdant ainsi de la cohésion et s'effondrent soit pour, s'oxyder directement en CO2, et lors de pluies intenses s'écouler dans les rivières qui montrent certainement un taux croissant de carbone organique dissout dans l'eau dans plusieurs régions du monde : Alaska, Sibérie, Nord Canadien, Indonésie... et ailleurs.
À lire! > La dynamique du pergélisol des environnements naturels et bâtis.
Il n'y a pas que les sécheresses, les inondations et les pluies trop intenses peuvent aussi détruire la végétation et les récoltes en saturant les racines. Ça érode les sols et emporte parfois la végétation elle-même.

À une échelle moins vaste, mais globale et certainement très importante elle aussi, c'est la façon dont fonctionne la biodiversité des sols. Nous n'en connaissons probablement pas assez sur comment la température, la quantité d'eau, les variations et les extrêmes affectent les écosystèmes des sols et leurs aptitudes à fonctionner efficacement et soutenir un écosystème végétal à leur surface.

Nous savons (de plusieurs sources) que le pergélisol de l'hémisphère Nord (Il y en a vraiment très peu dans l’hémisphère Sud) ont commencé à émettre du CO2 (et du méthane) durant les mois d'été en quantités importantes (mais difficile à chiffrer avec précision car c'est un immense territoire complexe). Chose certaine, ces émissions provenant de la toundra (et du pergélisol sous-marin) ne peuvent qu'augmenter (de plus en plus rapidement) au fil des ans.
(NDT : Jai lu quelques études et articles au sujet du pergélisol et des émissions de CO2 et de méthane qui peuvent s'en échapper ; quand les émissions vont devenir importantes (vraiment beaucoup plus de gaz à effet de serre que nous en émettons), alors, ce sera la pire nouvelle climatique du 21e siècle, et l'une des dernières...)
Le pergélisol recouvre environ 20% de la surface terrestre du globe, principalement dans le nord de l'Amérique, au Groenland et en Sibérie. Il recouvre près de la moitié du territoire canadien. La superficie du pergélisol varie. Il peut être continu (100% du sol est gelé; en rose sur l'image ci-dessous), étendu (de 50 à 90% du sol est gelé; en bleu sur l'image ci-dessous) ou discontinu (de 10 à 50% du sol est gelé; en orange sur l'image ci-dessus). Image : site intéressante à lire.

      Merci de partager cet article, il faut informer les gens.

jeudi 13 octobre 2016

Une Véritable Catastrophe Silencieuse – Les Abeilles en Voie de Disparition

Je suis presque tombé à la renverse cette semaine, presque, car on s'en doutait... Mais pourquoi les abeilles meurent-elles?

Les abeilles maintenant sur la liste des espèces menacées aux États-Unis.


Pensez à signer cette pétition SVP, tous nos gestes comptent.

     Les insecticides et les pesticides

Il les principales causes connues qui expliquent le déclin de la population des abeilles :
  • pesticides, dont les néonicotinoïdes (Wikipédia Fr)
  • réchauffement climatique
  • La Varroa, une sorte de mite qui s'attache aux abeilles
  • La perte d'habitat
  • Les virus
Les insecticides utilisés en agriculture sont aussi mis en cause ; si ça tue des insectes, ça tue évidemment les abeilles. L'effet des néonicotinoïdes est de plus en plus étudié et les recherches pointent le doigt sur un effet précis. Les néonicotinoïdes, courtoisie de Monsanto, semblent désorienter les abeilles au point où elles sont incapables de retrouver leur ruche, se perdent, et meurent. 
Ces produits sont aussi très dangereux pour nous les humains, et possiblement donc pour votre chat, votre chien et tous les autres mammifères dont bien sur, vos enfants...
Le Tribunal Civil Monsanto (à signer) est une mobilisation internationale de la société civile pour juger Monsanto pour violations des droits humains, pour crimes contre l‘humanité et pour écocide.
Protégez-vous de ces poisons, ne les utilisez surtout pas!

L'Agence européenne de sécurité alimentaire a jugé mardi que deux insecticides néonicotinoïdes - lire l'acétamipride et l'imidaclopride - pouvaient être neurotoxiques pour l'humain.

     Impacts du réchauffement climatique sur les abeilles

Il y en a plusieurs dont les maladies plus virulentes quand il fait plus chaud. Aussi, à cause du réchauffement climatique, les fleurs éclosent plus tôt au printemps. Mais ce n'est pas la température plus élevée qui sort les abeilles de leur hibernation, c'est l'angle que fait le soleil au printemps. La date qui fait que les abeilles sortent de leur hibernation est toujours environ la même (selon la latitude) et les fleurs printanières, ayant déjà éclos en grand nombre, les abeilles n'ont presque rien à se mettre sous la dent en sortant de leur torpeur, et souvent, ne produisent donc pas assez de miel pour assurer la survie de leur colonie.

Aux États-Unis, les bourdons pollinisent à eux seul pour 16 milliards de $ de récoltes affirmait le professeur de biologie, Dave Goulson, de l'Université de Sussex et coauteur de cette étude (en Anglais). L'étude révèle aussi que les populations de bourdons déclinent à cause d'une diminution du nombre de fleurs et que lorsque des fongicides sont ajoutés aux insecticides, que cela augmente la toxicité des insecticides.

NB : En Anglais, bee est un terme générique qui inclut généralement abeilles et bourdons.

Moins de fleurs = moins de bourdons, moins de bourdons = moins de fleurs : c'est une boucle à renfornéonicotinoïdescement positif comme il y en a tant dans le système climatique (et dans la biosphère).

L'habitat du bourdon se rétrécie à cause du réchauffement climatique (étude en Anglais). Les bourdons se sont déplacé vers le Nord d'une distance d'environ 300 km,  mais ils ne vont pas plus loin alors que du même coup, ils désertent les habitats du Sud. Résultat, la bande climatique dans laquelle ils sont capable de vivre se rétrécit (le climat, c'est l'espace où les espèces vivent). Contrairement aux papillons et à d'autres insectes, ils ne vont pas plus loin au nord. Les abeilles et bourdons sont étudiés de près en Europe et sur le continent Américain, après tout, leur importance est primordiale.
Jeremy Kerr, chercheur en biodiversité et attaché à l'Université d'Ottawa, au Canada raconte : "les populations déclinent à l'échelle continentale et nos recherches montrent que le plus grand coupable parait bien être le réchauffement climatique."

Cet article (en Anglais) explique à quel point sont important abeilles et bourdons pour l'agriculture. Une bouchée de nourriture sur trois avalée dans le monde dépend des pollinisateurs, spécialement des abeilles. Les apiculteurs Américains perdaient 30% de leurs abeilles en 2013. La culture des amandes en Californie s'étend sur environ 3 200 km/2 et nécessite 1,6 million de colonies d'abeilles (ruches) qui doivent être transportées sur place. Une tâche monumentale de plus en plus difficile à réaliser à cause des pertes importantes de population d'abeilles chez les apiculteurs industriels.

      Des abeilles malades

Varroa destructor s'attaquant à une larve.
Les abeilles sont attaquées sur deux fronts. Il y a la mite parasitique Varroa, nom scientifique : Varroa destructor. Cette mite (presqu'une tique) infecte de plus en plus de colonies d'abeilles et est une des causes importantes de leur déclin. 

 La Varroa s'attaque aussi aussi aux abeilles adultes.



Évidemment, ces mites/parasites affaiblissent les abeilles et les mènent finalement à la mort, mais ce n'est pas tout.

L'autre maladie qui afflige les abeilles, c'est le virus qui déforme les ailes. Nous croyons que ce virus réside dans les Varroa poursuit  l'auteur de l'article (en Anglais). Combinées, ces deux affectations déciment les populations d'abeilles à l'échelle planétaire. Les "Varroa destructor" s'attaquent principalement aux larves et le virus infecte les abeilles adultes. Une fois ses ailes déformées, l'abeille ne peut plus voler et se nourrir et donc, elle meure à son tour.

En Angleterre, les populations d'abeilles (et de bourdons) sont tombés de 66%, seulement depuis 2005. Ultimement, c'est encore nous les humains qui sommes les grands coupables de ce désastre. Les chercheurs ont montré que c'est le commerce global des abeilles (avez-vous entendu parler de globalisation?) qui est le grand responsable, les Varroa sont venues de l'Asie. Ça démontre les risques immenses qu'il y a à transporter abeilles et plantes à travers le monde. À l'origine seulement les abeilles de l'Asie orientale étaient infectées par la Varroa et seul les abeilles d'Europe étaient affectés par le virus qui déforme les ailes.

     La malnutrition

On nous dit de manger varié pour être en santé, il en va de même chez les abeilles. Les apiculteurs sont de plus en plus encerclé de champs en monoculture. Les abeilles en souffrent donc, elle ne mangent pas assez varié, ce qui raccourci leurs vies. Les abeilles vivent pendant 42 jours, mais ne pollinisent que durant leurs 21 derniers jours.

     Plus d'information

Une excellente émission de Radio-Canada sur le déclin des abeilles

Un lien vers un excellent documentaire de ARTE : Enquête sur la disparition des abeilles


     Merci de partager cet article, c'est ma seule récompense.

mercredi 12 octobre 2016

Blanchiment des Coraux et Tentative de Musellement Sur Une Scientifique

Samantha Andrews
Il y a un lien entre les deux ; les scientifiques sont souvent muselés lors de la publication d'un article qui a trait au réchauffement climatique. C'est justement arrivé à cette scientifique, Samantha Andrews avec son article (en Anglais) sur le blanchiment de la Grande Barrière de corail en Australie.

Samantha Andrews est une biologiste spécialisée en conservation marine, écologiste/communicatrice scientifique.

On l'a accusé d'alarmisme et d'avoir erré : des accusations très fréquentes dans le domaine des sciences (NDT et particulièrement celles liées au réchauffement climatique ou sur le sujet de l'Évolution), car ça crée du mécontentement quelques types de personnes qui font ensuite pression sur les éditeurs, afin de minimiser, et souvent discréditer, une étude (ou des scientifiques) quelconque.
________________________________
 

What the GBRMPA chair DID NOT say about my coral bleaching article

Ce que le président le (dr. Russell Reichelt) du GBRMPA (Parc de la Grande Barrière de corail d'Australie) n'a pas dit au sujet de mon article sur le blanchiment des coraux.

 Credit: Robert Linsdell/Flickr
SVP. Imaginez que c'est Samantha Andrews qui parle.

En avril 2016, j'ai soumis un article à "The Marine Professionnal" – une publication de "Marine Engineering, Science & Technology" (IMarEST) qui focus sur la période de blanchiment massive qui a frappé la Grande Barrière de corail à ce moment. Dans leur édition de septembre 2016, le "Marine Professional" a publié le commentaire d'un lecteur qui affirmait avoir partagé l'article avec le dr. Russell Reichelt, président du "Great Barrier Reef Marine Park Authority" (Parc de la Grande Barrière de corail d'Australie).
Le lecteur alléguait que le dr. Russell Reichelt (un scientifique très estimé) lui avait dit que "l'article contenait quelques faits précis mêlés à de demi-vérités et était alarmiste".
Quelques scientifiques qui étudient les récifs coralliens, des biologistes marin ainsi que des climatologues m'ont contacté pour me communiquer leur inquiétude au sujet des propos allégués dr. Russell Reichelt par rapport à monde. Après avoir rejoint le bureau du dr. Reichelt ; je suis contente de rétablir les faits au sujet de ce qu'il a – ou plutôt, n'a pas dit.

Après avoir correspondu avec le bureau du dr. Russell Reichelt afin de savoir quelles étaient "ces dems-vérités et cet alarmisme" dans mon article, j'ai été informé que bien qu'il se souvenait que bien que mon article avait été porté à son attention, qu'il n'avait jamais émis ce tels commentaires. Depuis, il a lu mon article et affirme qu'il est totalement factuel.

Je n'ai pas essayé de contacter le lecteur (faussement) plaintif pour savoir pourquoi il tenait ces propos (et qui avait aussi menti en prétendant que c'est quelqu’un d'autre, quelqu'un d'importance dans la communauté scientifique, qui avait écrit ces mots) .

Voici une copie intégrale de mon article que j'ai soumis à "The Marine Professional". Pour ceux qui veulent voir mon article après qu'il soit passé au travers leur processus éditorial, veuillez consulter l'édition de juin 2016 du The Marine Professional.

(NDT : je n'ai pas cherché ce qu'ils ont coupé de l'article, ça n'aurait rien ajouté qui soit important, et c'est aussi beaucoup de temps sans compter que cet article est suffisamment long et intéressant en lui-même).
________________________________

     L'article de Samantha Andrews

La Grande Barrière de corail "est un des écosystèmes les plus spectaculaires, complexes et fragiles au monde" a fait remarquer Sir David Attenborough dans un documentaire qui a marqué le monde "The Great Barrier Reef with David Attenborough". Quand le tournage a débuté en 2014, personne ne pouvait prédire comment bouleversant serait la première diffusion en décembre 2015 (Royaume-Uni) et en avril 2016 en Australie. 2016 a vu le pire blanchiment de la Grande Barrière de corail jamais observé. En date du 20 avril le "National Coral Bleaching Taskforce" (Groupe de Travail sur le Blanchiment Corallien) mis sur pied par le professeur Terry Hughe a rapporté que seulement 7% des récifs qui forment la Grande Barrière corallienne n'ont pas blanchi. Le taux de mortalité des coraux est d'environ 50% dans la section nord de la Grande Barrière là où l'eau est la plus chaude ; on s'attend à ce que la température de l'eau continue de monter. À la mie avril, des scientifiques provenant de grande"l'University of Technology Sydney" et de "Macquarie University" ont rapporté du blanchiment corallien à l'intérieur de la zone portuaire de Sydney situé à environ 1300 km de la pointe Sud de la Grande Barrière corallienne. La cause immédiate, un El Niño surpuissant (NDT : dopé aux CO2) et le réchauffement des océans. L'ultime coupable : c'est nous!
La Grande Barrière de Corail. Longueur : 2 600 km,
superficie :
34 870 000 hectares. Image : NASA
Les polypes coralliens forment une relation symbiotique avec les zooxanthelles ; des algues microscopiques et unicellulaires  qui vivent à l'intérieur des coraux. En retour pour leur apport en hydrates de carbone et autres substances organiques résultant de la photosynthèse, les coraux procurent aux zooxanthelles un environnement sécuritaire et des composés (les déchets métaboliques du corail) nécessaires à la photosynthèse. À mesure que l'eau se réchauffe, le rythme métabolique des zooxanthelles s'accélère. Combiné à l'ensoleillement, un accroissement du taux de photosynthèse produit plus d'oxygène atteignant des niveaux toxiques pour le corail qui éjecte alors les zooxanthelles. Vu que les zooxanthelles donnent aussi de la couleur aux coraux, ceux-ci blanchissent après avoir éjecté les micro-algues. Pour autant que le réchauffement de l'eau ne se prolonge pas, les coraux peuvent récupérer, mais avec un taux de croissance et de reproduction moindre. Si le corail demeure blanc trop longtemps, il risque la famine, la maladie et la mort. 

Couvrant une superficie d'environ 344 000 km carrés, soit plus que la taille combinée du Royaume-Uni, de la Hollande et de la Suisse. Ce très long récif soutient plus de 3 000 espèces de mollusques, 1 635 espèces de poissons, 133 espèces de requins et plus de 30 espèces de dauphins et baleines – en plus d'être ne source de revenus économiques et alimentaires pour plusieurs personnes.

Le rapport de 2013 par "Deloitte’s Access Economics" indique que l'activité économique de Grande Barrière corallienne d'Australie apporte 7 milliards de $ annuellement dont 6,7 milliards proviennent d'activité récréo-touristique de source locale et internationale. Les dépenses liés à la pêche commerciale. l'aquiculture et la science des récifs, sont de 193 millions de $, ce qui inclut l'étude du récif lui-même (l'étude de l'écosystème du récif) et le développement pharmaceutique contribuent environ 106 millions de $. Les deux millions de visiteurs par année au parc de la Grande Barrière de corail paient des frais qui sont essentiels à la gestion du parc.

La perte potentielle des revenus de visiteurs aurait des impacts sévères pour le parc marin et pour l'industrie touristique du Queensland. Tout au long du mois d'avril 2016, le parc marin et "Tourism Tropical North Queensland" (l'organisme de l'industrie touristique du Queensland) ont utilisé les médias pour convaincre les gens qu'il y avait encore des récifs coralliens à voir. Les scientifiques, exacerbés par l'absence de couverture médiatique du désastre de la Grande Barrière de corail dans le plus grand journal du Queensland (the Courier Mail) ont décidé de payer (de leurs poches) une page complète dans le journal et y ont publié une lettre stipulant que le blanchiment en cour était le pire de toute l'histoire du récif, et que les changements climatiques causés nos émissions de CO2 en était la cause première ; que l'impact total social et économique ne serait pleinement réalisé avant des années.
     La Grande Barrière de corail, avant et après.
     Voudriez-vous encore la visiter?
NOTE : ces photos ne font pas partie de l'article de Samantha Andrews, c'est moi qui les ai trouvé et ajouté.
Dans la recherche de solutions, il n'y en pas qui soit rapides. Une fois qu'un blanchiment corallien commence, impossible d'y mettre un frein. Tout ce que nous pouvons faire, c'est observer, noter, apprendre et souhaiter que les dommages ne soient pas durables. Les recherches sur ces événements aident à explorer des pistes de solution pour tenter de réduire la sévérité de futurs blanchiments.

Une recherche menée par le dr. Dr. Tracy Ainsorth de l'université James Cook au "ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies" et publiée en avril 2016 suggère que les récifs coralliens ont une meilleure chance de survie s'ils ont eu un "essai pratique" – une augmentation graduelle de la température. Ces essais pratiques" par les coraux ont été observés dans différentes zones lors d'environ 75% des événements stressants au cours des 30 dernières années, incluant un nombre de coraux au cours du présent événement. Toutefois, à mesure que la température des surfaces océaniques augmente, la fréquence des blanchiments va s"accroître et donc et les opportunités pour les coraux de se "pratiquer" (de s'acclimater), déclinent, augmentant ainsi le risque de mortalité. Le travail suggère que de réduire les autres éléments stresseurs telle la pollution et les ruissellements provenant de l'agriculture aideraient à la survie des coraux ; mais en l'absence d'une réduction importante de nos émissions de gaz à effet de serre, ce ne sont pas des solutions viables à long terme.

D'autres cherchent des approches plus complexes pour aider à la survie du récif corallien face au réchauffement climatique et à l'acidification des océans (NDT : aussi causée par le CO2). Un projet conjoint entre "Australian Institute of Marine Science" et le "Hawaii Institute of Marine Biology" envisagent "l'évolution assistée" qui pourrait accélérer le rythme de l'évolution pour aider les coraux à s'adapter au rythme (très) rapide des changements dans les conditions environnementales. Le projet de cinq ans explore quatre approches différentes qui pourraient se montrer viable pour produire des coraux plus résilients – l'élevage sélectif comme de croiser les coraux de la partie la plus froide (sud du récif corallien) avec ceux de la partie centrale ; manipuler les communautés microbiennes associées aux coraux ; assister l'évolution de ces microbes afin qu'ils deviennent plus résistants eux aussi ; et préconditionner les coraux en phase de reproduction pour, encore une fois, rendre leur progéniture plus résistante aux facteurs de stress (épigénétiques : influence de l’environnement sur les gènes. Wikipedia Fr) . Alors que des préoccupations ont fait surface quant à la perte de diversité génétique (NDT : un des moteurs de l'évolution) avec de tels projets, les scientifiques impliqués dans le projet pensent que les risques implicites de perdre ce grand récif corallien sont bien pires.

Si l'évolution assistée semble peu conventionnelle, une étude remontant à 2012 et menée par le dr. Greg Rau de l'université de Californie décrit une technique au moins aussi étrange. Ils ont expérimenté en créant de l'ombrage aux coraux avec des plates-formes flottantes ancrées, ce qui a réduit le stress causé par la chaleur en refroidissant quelque peu la température de l'eau, en plus, ils ont fait circuler un courant de faible intensité sur des coraux blanchis pourrait faciliter leur croissance. L'échelle à laquelle cette technique pourrait être employée est cependant très limitée dans la réalité ; à cause du coût élevé d'implémentation, cela servirait peut-être pour tenter de sauver les récifs les plus à risque et/ou ceux qui ont la plus grande valeur.

Ultimement, seules des actions significatives pour protéger la Grande Barrière corallienne – et en fait tous les récifs coralliens : nous devons combattre le réchauffement climatique. Malencontreusement, même si nous cessions nos émissions de gaz à effet de serre aujourd'hui même, nous n'en verrions pas une réduction du réchauffement de notre vivant. Il y a un potentiel (NDT : difficile à déterminer avec précision mais qui pourrait être trop élevé) de réchauffement en réserve et la température moyenne globale va continuer de grimper. Par contre, plus nous agirons tôt et efficacement, plus il y a de chances que nous évitions les pires impacts prévus (NDT : le pire impact étant une extinction massive... qui nous inclurait) en continuant d'émettre autant de GES. Nul besoin de regarder bien loin du récif pour trouver un de ces émetteurs de gaz à effet de serre – l'industrie de charbon.

L'apparente histoire d'amour entre l'Australie et "gros charbon" affirme le Professeur John Quiggin (University of Queensland) vient de l'idée que le pays dépend de l'industrie est idée qui ne tient pas la route. Environ 2% de la main-d'oeuvre du pays est directement ou indirectement employé par l'industrie du charbon et les 6 milliards par année versés en salaires représentent moins de 5% du total de tous les salaires versés. En matière des revenus de taxes, l'industrie du charbon ne représente que 1% du total annuel de taxes perçues par le gouvernement Australien. Bien qu'ayant pris l'engagement (NDT : non contraignant) de réduire ses émissions de 26% à 28% pour 2030 lors de la "COP21" tenue à Paris. Les investissements dans l’industrie du charbon progressent encore alors  que les investissements dans les énergies renouvelables stagnent (NDT : c'est presque pareil dans tous les pays du monde, mais passablement moins en Chine). Alors qu'il commentait au sujet des prêts récemment accordés pour la mine de charbon Carmichael ; et pour le projet d'un réseau ferroviaire destiné au transport du charbon au Queensland, le député fédéral de Dawson (Queensland), George Christensen, disait que parce que le charbon sera brûlé à l'extérieur de l'Australie, que ça ne concerne donc pas les émissions australiennes. Malheureusement pour la Grande Barrière de corail, le climat ne fait aucune différence relative au point d'origine des émissions, que ce soit l'Australie ou n’importe quel autre pays – toutes les émissions s'additionnent dans le réchauffement du climat et toutes les sources d'émissions ont des impacts sur "Le Récif".

     Le Queensland :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Queensland
Ne prenez pas l'avion, voyagez via Google map :-)
Ça n'a pas été une surprise, l'approbation du projet Carmichael a été reçu avec une grande frustration chez les scientifiques et les ONG inquiets au sujet du récif. En faisant allusion au "gouvernement Australien qui se comporte comme une bande de marins saouls", disait la sommité mondiale en matière de récifs coralliens, le dr. Charlie Veron dans une entrevue aux nouvelles sur la chaîne ABC et qui affirmait du même souffle, que le gouvernement fédéral et ceux des états qui forment ce pays n'en font pas assez pour combattre les changements climatiques. ni pour protéger la Grande Barrière de corail. En effet, les promesses faites par l'Australie lors de la COP21 – de réduire ses émissions de 26% à 28%, par rapport à ses émissions de 2005 – sont loin dessous des 40% à 60% recommandés par le conseil Australien indépendant "The Climate Change Authority". Récemment annoncées, les coupures du gouvernement fédéral dans la recherche sur la science climatique à CSIRO (Organisation fédérale pour la recherche scientifique et industrielle) ont peu fait pour renforcer la foi dans les aptitudes de l'Australie à jouer son rôle pour réduire le réchauffement climatique – et en retour, aider "Le Récif".

________________________________ 

     Il y a deux annexes à cet article

Annexe 1 : les impacts du blanchiment sur les poissons "Demoiselles" dont la variété
"Demoiselle à trois bandes noires"

NDT : Il y a plusieurs variétés de poissons "demoiselle" voire sur wikipedia Fr. J'ai choisi une photo qui accompagnait un article intéressant (en Anglais) et provenant d'Australie
Les récifs coralliens sont un habitat pour une multitude d'organismes. En conséquence, la dégradation des récifs coralliens a des implications pour beaucoup plus que les polypes coralliens. Le Dr. Darren Coker (King Abdullah University of Science and Technology) a fait des recherches sur le mouvement des poissons demoiselle "Dascyllus aruanus" – dont le nom commun est "banded humbug" (Demoiselle à trois bandes noires) qui vit autour de "Lizard Island" (île aux Lézards)  dans la section Nord de la Grande Barrière de corail. Suite à une expérimentation de blanchiment sur du corail branchu (Seriatopora hystrix), les poissons sont demeurés près du corail ainsi blanchi jusqu'à ce que le corail meure. Après quoi, environ les deux tiers des poissons sont partis vivre sur des récifs coralliens en santé. Les poissons qui ont préféré se relocaliser vers des récifs habités par d'autres poissons demoiselle ont dû faire face à la compétitivité et l’agressivité de leurs congénères qui demeuraient déjà sur place.
On pense que le tiers des poissons qui sont demeurés près du récif blanchi l'ont fait pour éviter la pagaille. Quand on a présenté aux poissons demeurés près du corail blanchie un récif en santé et qui ne présentait pas de compétition qui y résidait, ils l'ont tout de suite accepté comme nouveau lieu de résidence et s'y sont tous établis. Ces travaux suggèrent que tant qu'il y aura des récifs coralliens en santé, les poissons demoiselle pourront survivre en se relocalisant. Par contre, quand survient un blanchiment à très grande échelle, comme en 2016, il apparaît évident que la compétition pour un habitat convenable deviendra plus intense, à condition que la distance à parcourir pour trouver un nouveau toit ne soit pas trop grande...

     Annexe 2 : des instruments hyperspectraux à bord de satellites  pourraient identifier les blanchiments coralliens

Des satellites qui observent notre planète ont été utilisés par la NOAA (Administration Nationale Atmosphérique et Océanique, aux USA) dans le cadre d'un programme de surveillance des récifs coralliens afin de fournir une surveillance à long terme et en temps réel depuis plus d'une décennie. En plus d'identifier les zones à risques, la modélisation numérique permet de prévoir des mois à l'avance un possible blanchiment. Plus récemment, la NASA a expérimenté des Instruments hyperspectraux qui pourraient détecter la variation de couleur d'un récif corallien et donc déceler un blanchiment. L'instrument hyperspectral Hyperion attaché au satellite "Earth-Observing-1 (EO-1)" lors de la mission "proof-of-concept" (épreuve du concept) est offre une résolution de 30X30 mètres. Ce n'est pas la première fois que la NASA tente de faire de l'imagerie hyperspectrale. L'imageur hyperspectral Coastal Ocean (HICO) (côtes océaniques) a été le premier spectromètre d'imagerie dédié spécifiquement pour échantillonner les zones côtières de la Terre. En 2014, après 5 années en opération, l'ordinateur du satellite HICO a été frappé par une sévère dose de radiations en provenance du soleil et est incapable de fonctionner depuis...
HICO : image de la région de Hong Kong prise le 2 octobre 2009
________________________________


     Pour les gens plus curieux 

Principe de l’imagerie hyperspectrale, article en Français


Étude scientifique en Anglais sur l'imagerie hyper-spectale pour les zones côtières

     Merci de lire et partager ces articles. 

jeudi 6 octobre 2016

Nous Léguons Aux Enfants un Très Lourd Fardeau

Nous avons foutu le bordel dans le système climatique qui est le système de survie de la Terre, comme celui sur un vaisseau spatial ; la Terre est notre vaisseau spatial.
Paul Watson, Sea Shepherds
Le gouvernement Américain (et donc plusieurs autres) a été averti des dangers liés au "réchauffement global" en 1965 ; c'est le président Lyndon B" Johnson lui-même qui a été prévenu par un groupe de scientifiques. Source en Anglais.

Le dr. Hansen et un groupe de jeunes ont décidé de poursuivre le gouvernement Américain pour son inaction face au réchauffement climatique, ce qui limite sérieusement les chances pour les jeunes d'un avenir sécuritaire, juste et équitable, comme le garantit la constitution Américaine.
Nous, le peuple des États-Unis, afin de former une union plus parfaite et établir la justice pour assurer la tranquillité domestique, pourvoir à la défense commune, promouvoir le bien-être général et sécuriser les bienfaits de la liberté pour nous-mêmes et notre prospérité, prescrivons et établissons cette constitution pour les États-Unis d'Amérique.
La Constitution Américaine, c'est la loi, et le gouvernement Américain n'a pas respecté ses propres lois, ce qui justifie cette poursuite légale des jeunes.
______________________


Cet article est basé sur (en Anglais) http://csas.ei.columbia.edu/2016/10/04/young-peoples-burden/

L'étude scientifique par James Hansen et 10 autres scientifiques qui donne les raisons scientifiques supportant cette poursuite (en Anglais). http://www.earth-syst-dynam-discuss.net/esd-2016-42/

A.     Principales Implications

A. (Fig.1) La température moyenne globale est au même niveau qu'à la période de l'Éémien il y a 130 000 à 115 000 ans. À cette période, le niveau des océans était 6 à 9 mètres plus élevé que de nos jours.
266
Figure 1
(Fig.2) Considérant le réchauffement en réserve à cause de l’inertie du système climatique et des émissions qui vont malencontreusement  se poursuivre "un certain temps", le réchauffement va inévitablement se poursuivre.
266
Figure 2
L'étude du passé de la Terre nous apprend que la hausse du niveau  des océans par rapport à une certaine température, peut prendre de un à quatre siècles pour un réchauffement climatique de cause "naturel" (Grant et al 2012, 2014). Un réchauffement plus rapide va nécessairement causer une hausse plus rapide (50 à 150 ans) du niveau des océans, surtout si on n'arrête pas nos émissions (Hansen et al 2016).

B.     Émissions négatives de CO2

Ça veut dire extraire du CO2 de l'atmosphère et c'est maintenant obligatoire à grande échelle pour stabiliser le climat sur des périodes centenaires, parce que nous avons échoué à la réduction de nos émissions de GES (gaz à effet de serre). Si une réduction rapide de nos émissions de GES commençait bientôt, une grande partie de la capture de CO2 pourrait se faire via des pratiques adaptées d'agricultures et de foresterie.  Dans ce contexte, l'ampleur et la durée de l'excursion des températures anormalement au-dessus de la moyenne  de la présente période interglaciaire (l'Holocène Wikipédia fr) pourraient être ainsi limitées et nous pourrions minimiser les irréversibles impacts climatiques.

C.     Continuer nos émissions provenant des combustibles fossiles pose un très lourd fardeau sur les jeunes.

Ce sont eux qui devront payer pour notre stupidité/cupidité ; ils devront payer et travailler très fort pour développer et entreprendre la massive extraction de CO2 de l'atmosphère (une entreprise titanesque et peut-être impossible). Silencieusement et avec de minimes objections de la part de la communauté scientifique, (Anderson 2015 étude en Anglais) est une courageuse exception l'hypothèse que la jeunesse découvrira, d'une façon ou d'une autre. la solution pour renverser les erreurs de leurs ancêtres s'est répandu tel un cancer dans les scénarios de l'ONU (GIEC). Les méthodes proposées (par le GIEC) tel la bioénergie avec capture et stockage du carbone (BECCS) ou l'extraction directe dans l'atmosphère implique un coût minimal estimé de 104 à 570 mille milliard de $ seulement pour ce siècle. Ça n’inclut pas les risques immenses et de larges incertitudes en ce qui a trait à la faisabilité. Continuer d'émettre du CO2 en si grande quantité condamne les jeunes à payer et faire un gigantesque nettoyage de nos dégâts dont la réussite demeure improbable. Sans contredit, continuer d'émettre du CO2 impose une lourde sentence sur la jeunesse ; nettoyer + payer + subir les pires impacts climatiques. Nous avons besoin de scénarios qui devraient inciter (récompenser ou punir) les gouvernements du monde à modifier leurs politiques énergétiques sans plus attendre.

Leur fardeau risque d'être insoutenable

     BECCS??? 

 Je n'ai pas trouvé d'article francophone qui explique le plan BECCS, je vais donc vous en faire une courte synthèse...


Le plan BECCS consiste à planter de la végétation, la brûler pour produire de l'électricité et récupérer les émissions de CO2 à la sortie des cheminées pour ensuite les condenser à la limite de la liquéfaction et les enfouir profondément dans le sol. C'est un plan qui fonctionne, mais seulement sur papier...

  1. Où faire pousser toute cette végétation? Déjà, le végétation qu'il y a sur presque tous les continents brûle furieusement, même en Sibérie. Selon les estimations, il faudrait planter ces arbres sur une très vaste superficie.
  2. Il faudrait couper et transporter toute cette végétation, fort probablement des arbres, vers les centres de génération d'électricité capables de capturer le CO2 à la sortie des cheminées.
  3. Le gaz enfoui dans le sol risque quand même de s'échapper et pourrait aussi causer des tremblements de terre comme on en voit avec le "fracking". 
  4. Au mieux, on prévoit capturer environ 80% du CO2 rejeté.
Le niveau d'oxygène de notre atmosphère diminue lentement (jusqu'à ce jour) à cause de toute la combustion des combustibles fossiles auquel il nous devons ajouter les feux de forêts de plus en plus fréquents, grands et intenses. Il faut justement éviter de brûler plus et la diminution du phytoplancton et la déforestation contribuent aussi à cette baisse...
Le célèbre climatologue James Hansen et sa petite fille, Sophie Kivlehan, ont publié cette vidéo le 4 octobre 2016.

Storms of My Grandchildren 
Livre écrit par James Hansen lui-même. Désolé, je ne l'ai pas trouvé en traduction française.
Merci à http://atmospheric-phenomena.blogspot.ca/2015/08/10-most-amazing-and-scary-images-of.html qui contient plusieurs autres images renversantes.
     Refroidir la planète?

Ça ne fait pas partie des plans de James Hansen, et on comprend pourquoi si on a écouté la vidée ci-bas. Il y a des plans élaborés encore une fois par le GIEC, qui ne fonctionnent que sur papier.

Nous avons déjà des pluies plus ou moins acides qui le sont principalement dues à la combustion du charbon, qui en plus contamine nos océans au mercure depuis environ 150 ans. Répandre des particules de SO2 en haute atmosphère, ou idéalement dans la moyenne ou stratosphère, engendrerait des pluies acides ce qui rendrait la vie de la Vie très difficile, sauf pour les bactérie extrêmophiles comme l'explique le dr. Peter Ward dans cette vidéo... en Anglais.

Merci de lire et partager mes articles.